Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Femme actuelle met les CHRU à l’honneur

Femme actuelle met les CHRU à l'honneurEn mai, il plaît à Femme Actuelle de réserver trois dossiers aux hôpitaux universitaires. Pourquoi le N°1 de la presse féminine s'intéresse-t-il aux CHU ? Pourquoi ce coup de projecteur sur les efforts relationnels et les progrès techniques développés par leurs équipes ? Bénédicte Aubry, rédactrice en chef adjointe, répond aux questions de RESEAU CHU...
En mai, il plaît à Femme Actuelle de réserver trois dossiers aux hôpitaux universitaires. Pourquoi le N°1 de la presse féminine s’intéresse-t-il aux CHU ? Pourquoi ce coup de projecteur sur les efforts relationnels et les progrès techniques développés par leurs équipes ? Bénédicte Aubry, rédactrice en chef adjointe, répond aux questions de RESEAU CHU : "Depuis toujours, nos lectrices éprouvent un très grand intérêt pour tout ce qui a trait à leur santé. D’où l’idée de leur proposer une série de trois dossiers consécutifs (à paraître les 3, 10 et 17 mai) qui met en lumière ce qui se fait de mieux dans les CHU de France. Parce qu’on sait tous qu’on a, dans ce pays, des médecins et du personnel soignant capables de faire des prodiges, des services et des matériels de pointe mais on ne sait pas forcément où les trouver. C’est aussi l’occasion de parler de l’hôpital d’une manière différente : non pas pour y pointer les dysfonctionnements mais au contraire pour y montrer ce qu’on y accomplit d’exemplaire aussi bien dans le traitement de la douleur que la technologie ou l’accompagnement des malades et de leur famille."

Lundi 3 mai, 6 millions de lectrices ont découvert les multiples soutiens relationnels imaginés par les équipes pour adoucir les séjours des patients. Ces trésors d’attention révèlent l’importance qu’infirmières et médecins accordent au bien-être de la personne soignée. Une façon de montrer que les CHU, voués à l’excellence des soins, n’ont pas oublié leurs valeurs fondatrices d’humanisme, d’hospitalité et de respect de l’autre.

L’édition du 10 mai dressera un panorama des toutes dernières avancées technologiques. Du robot chirurgical aux nanotechnologies, Femme actuelle a fait le tour des équipements high tech, visite d’un monde futuriste où il est question de chirurgie sans incision, de coeur et de squelette en 3 dimensions…
Pour en savoir plus

Le 17 mai, l’hebdomadaire recense pour la première fois les techniques les plus originales de lutte contre la douleur qui soulagent efficacement les malades chroniques, les opérés ou les personnes souffrant de névralgie… A découvrir les protocoles novateurs qui apaisent la souffrance.
Pour en savoir plus

Pour en savoir plus rendez-vous dans vos kiosques et sur le site de www.femmeactuelle.fr à partir du 3 mai 2010.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.