Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Front commun pour la sécurité à l’hôpital : la justice et les forces de l’ordre aux côtés du CHU de Rennes

Prévention de la délinquance ou du risque terroriste, lutte contre les violences et incivilités.. « Etre en sécurité au CHU, quand on y travaille ou qu’on s’y fait soigner » est un droit. Pour assurer la sûreté de l’établissement, le CHU de Rennes, les forces de l’ordre et le Ministère de la justice viennent de signer un protocole d’accord.
Prévention de la délinquance ou du risque terroriste, lutte contre les violences et incivilités.. « Etre en sécurité au CHU, quand on y travaille ou qu’on s’y fait soigner » est un droit. Pour assurer la sûreté de l’établissement, le CHU de Rennes, les forces de l’ordre et le Ministère de la justice viennent de signer un protocole d’accord.
Un partenariat local et opérationnel… 
A Rennes, le protocole d’accord « local » a pour objectif d’améliorer la sécurité aux abords et au sein du CHU de Rennes, en particulier au sein du service des Urgences, très exposé au risque de violence et de renforcer la coopération entre l’hôpital et les services compétents. Il détermine les circonstances dans lesquelles l’établissement peut bénéficier de l’intervention des forces de l’ordre et de l’appui de la justice, et prévoit les modalités de leur collaboration.

« Ce texte marque la volonté de rapprochement et de collaboration entre nos différentes institutions. Fruit d’une profonde concertation et grâce à l’apport de chacun de nos services, il témoigne de la qualité du travail réalisé afin de faire évoluer nos pratiques pour une meilleure protection des patients, des usagers et des professionnels de l’établissement » souligne  Véronique Anatole-Touzet, directrice générale du CHU de Rennes.

Ce texte actualise la précédente version datant de 2014. Organisé en 5 points, il vise spécifiquement à intégrer la nouvelle dimension attentat et l’indispensable collaboration qui en résulte entre les forces de sécurité intérieures et le CHU. Autre nouveauté, l’apparition dans le corps du protocole de l’activité médico-légale, absente de la précédente mouture.
Ce protocole au contenu élargi « consolide les relations de confiance entre toutes les parties pour assurer un service public de santé sécurisé ». Le document a été unanimement salué par le Procureur Nicolas Jacquet, l’Inspecteur général Patrick Chaudet et le Colonel François-Xavier Lesueur.

…déclinaison d’un protocole national
La recrudescence du risque attentat depuis novembre 2015 a eu un fort retentissement dans le fonctionnement des services de l’Etat avec la nécessité accrue d’encadrer et d’optimiser les coopérations en matière de prévention et de sûreté dans le milieu de la santé. L’alliance entre le CHU de Rennes et les services de l’État chargés de la prévention et du traitement de la violence, de la délinquance et du risque attentat avec, s’inscrit dans le cadre de la politique interministérielle* visant à évaluer et prévenir les actes malveillants susceptibles d’être commis dans le milieu de la santé.
*Textes de référence

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.