Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

GHT Cévennes-Gard-Camargue : 1er comité territorial des élus locaux

Garantir l'égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité en mutualisant les compétences et en renforçant le maillage entre acteurs de santé, tel est l'enjeu du Groupement hospitalier. Sur un territoire caractérisé par une croissance démographique et un vieillissement soutenus, le défi est stratégique. En effet, les Cévennes, le Gard et la Camargue verront leur population augmenter de 50% en pour atteindre plus d'un 1 million d'habitants en 2030 contre 750 000 aujourd'hui. Dans cette perspective, l'optimisation des parcours de soins par une coopération renforcée entre les acteurs de santé est une priorité pour le GHT dont l'établissement support est le CHU de Nîmes.

Garantir l’égalité d’accès à des soins sécurisés et de qualité en mutualisant les compétences et en renforçant le maillage entre acteurs de santé, tel est l’enjeu du Groupement hospitalier. Sur un territoire caractérisé par une croissance démographique et un vieillissement soutenus, le défi est stratégique. En effet, les Cévennes, le Gard et la Camargue verront leur population augmenter de 50% en pour atteindre plus d’un 1 million d’habitants en 2030 contre 750 000 aujourd’hui. Dans cette perspective, l’optimisation des parcours de soins par une coopération renforcée entre les acteurs de santé est une priorité pour le GHT dont l’établissement support est le CHU de Nîmes
Sur ce territoire, la complémentarité va s’organiser à grande échelle entre les professionnels exerçant dans la trentaine de structures réunies au sein du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) Cévennes-Gard-Camargue. Pour soutenir, évaluer et contrôler l’action du GHT, un Comité territorial des élus locaux* (CTEL) a été instauré par la loi. Sa première réunion s’est déroulée mercredi 19 juin. Au cours de cette rencontre son Président a été élu, Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes et Président du Conseil de surveillance du CHU. « Je suis heureux et honoré d’avoir été choisi pour présider ce comité. Avec les autres élus nous aurons à cœur de veiller à la bonne coordination des actions du GHT dans l’intérêt de la population » a déclaré Jean-Paul Fournier.
« Je suis ravi d’avoir à mes côtés, les maires des grandes communes de ce département. Ils sont des acteurs essentiels au renforcement du maillage de l’offre de soins du territoire afin de rendre le parcours des patients le plus fluide et efficace possible » a indiqué Nicolas Best, directeur général du CHU de Nîmes.
Le GHT Cévennes-Gard-Camargue : une coopération des établissements de santé publics au bénéfice des patients du territoire
Depuis 2016, le GHT engage les établissements parties à se coordonner autour d’une stratégie de prise en charge commune et graduée du patient, formalisée dans un projet médico-soignant partagé. Le GHT Cévennes-Gard-Camargue, dont le CHU de Nîmes est l’établissement support, comporte 17 membres dont huit établissements de santé (CHU de Nîmes, CH Alès-Cévennes, CH de  Bagnols-sur-Cèze, CH d’Uzès, CH du Mas Careiron, CH de Pont-St-Esprit, CH de Ponteils-en-Brésis et CH du Vigan).Il intègre aussi neuf EHPAD en direction commune avec les établissements précités ( Saint-Gilles, Beauvoisin, Redessan-Cabrières, Euzet-les-Bains, Aramon, Montfrin, Sauve, Saint-Hippolyte-du-Fort, Lasalle).
S’y ajoutent également, par convention d’association, deux HAD privées du département (APARD et 3G Santé), 9 EHPAD publics autonomes et le Groupement de Coopération Sanitaire IPIJTHN en pédopsychiatrie (CHU de Nîmes, Croix-Rouge et Association Escalières).

Le GHT Cévennes – Gard – Camargue, acteur socio-économique de premier plan, est un des principaux employeurs et donneur d’ordres du territoire
Le GHT emploie 11 500 professionnels dont 1 800 médecins, soit plus de 25 000 ménages. Il est également acheteur avec 220 millions d’euros d’achats (dont 58 % de produits de santé). Pour un euros investi par le CHU, on observe deux euros de retombées induites. Sur un budget de 500 millions d’euros, l’impact pour le territoire est de plus de 900 millions d’euros.

En savoir plus sur le Comité territorial des élus locaux 
Le comité est composé des représentants des élus des collectivités territoriales aux conseils de surveillance des établissements parties au groupement. Figurent également les maires des communes sièges des établissements du groupement, les représentants des élus des collectivités territoriales aux conseils d’administration des établissements ou services médico-sociaux, le président du comité stratégique, les directeurs des établissements et le président du collège médical ou de la commission médicale de groupement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.