Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hospitalisés mais pas coupés du monde

Les patients greffés du coeur gardent le contact par la voix et par l'image avec leurs proches grâce aux ordinateurs équipés de webcams. Au CHRU de Lille, l'association Cardio-Greffes Hauts de France met les nouvelles technologies de l'information et de la communication au service du lien familial. En gestation depuis deux ans, le système a été inauguré le 1er juin à l'hôpital cardiologique du CHRU. La première connexion a réuni une patiente originaire de la région de Béthune et sa famille restée au domicile.

Les patients greffés du coeur gardent le contact par la voix et par l’image avec leurs proches grâce aux ordinateurs équipés de webcams. Au CHRU de Lille, l’association Cardio-Greffes Hauts de France met les nouvelles technologies de l’information et de la communication au service du lien familial. En gestation depuis deux ans, le système a été inauguré le 1er juin à l’hôpital cardiologique du CHRU. La première connexion a réuni une patiente originaire de la région de Béthune et sa famille restée au domicile.

La solidarité pour rompre la solitude
« Nous sommes passés par là et nous savons donc à quel point on a besoin de garder le contact avec ses proches dans ces moments là, explique Jacques Adamczuk, vice président de l’association et transplanté en 1990. Pour ma part, j’ai été à l’époque hospitalisé durant un mois sans pouvoir voir mes enfants ». L’association Cardio-Greffes Hauts de France rassemble les personnes greffées et en attente de greffe du Nord de Paris, dans le but d’une part de promouvoir le don d’organe, et d’autre part de partager le vécu de l’attente d’une greffe et de la vie après cette greffe.

Les PC portables, les Webcams et la transmission ont été fournis par l’association (grâce au financement du Lions Club de Mouvaux), qui a pris en charge l’installation au domicile de la patiente. Le CHRU de Lille s’est occupé de l’installation et de l’assistance technique dans la chambre du service de réanimation cardiaque du Dr Annie Pol. Ce matériel respecte bien sûr toutes les conditions d’hygiène exigées dans ce type de service.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.