Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Jean-Paul Virapoullé nouveau Président du Conseil de Surveillance du CHU de La Réunion

Jean-Paul Virapoullé, vice-président de la Région et maire de Saint-André, a été élu à la tête du Conseil de Surveillance du CHU de La Réunion, mercredi 12 avril. En poste pour 5 ans, il a désigné son vice-président, Mariot Minatchy, adjoint au Maire de Saint-Pierre. Monsieur Virapoullé connaît bien le CHU dont il a été l’un des membres fondateurs.
Jean-Paul Virapoullé, vice-président de la Région et maire de Saint-André, a été élu à la tête du Conseil de Surveillance du CHU de La Réunion, mercredi 12 avril. En poste pour 5 ans, il a désigné son vice-président, Mariot Minatchy, adjoint au Maire de Saint-Pierre. Monsieur Virapoullé connaît bien le CHU dont il a été l’un des membres fondateurs.
Le nouveau Président du Conseil de Surveillance collaborera avec le directeur général, Lionel Calenge, chargé de conduire la politique générale de l’établissement et la présidente de la commission médicale d’établissement (CME), Frédérique Sauvat, afin de faire avancer les grands dossiers. "Il veillera à ce que l’ensemble des composantes du personnel du CHU travaillent en étroite cohésion et synergie au service de la qualité de prise en charge des patients de La Réunion, de Mayotte et de la zone Océan Indien, et en développant ses fonctions de soin, d’enseignement, de recherche et d’innovation." est-il précisé dans le communiqué de la direction générale.
Jean-Paul Virapoullé a précisé son ambition pour le CHU dans une interview accordée à  Clicanoo* : "Nous voulons un CHU en bonne santé. Quand on aura optimisé la gestion du centre hospitalier, on pourra moderniser l’offre de soins, la recherche, l’enseignement, l’innovation, la qualité de services… L’ensemble de la communauté hospitalière va donc renforcer sa vigilance et son travail pour que le CHU soit le fleuron de la santé française dans l’océan Indien."
Le Conseil de Surveillance se prononce sur la stratégie et exerce un contrôle sur la gestion de l’établissement.
*interview publiée le 13 avril 2017

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.