Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Syndrome de Prader-Willi : une journée d’échange entre experts, accompagnants et parents

L’accompagnement précoce des enfants atteints du syndrome de Prader-Willi était au cœur de la journée organisée le 14 décembre 2012 par les Dr Béatrice Grimon et Anne Marie Bertrand, sous l’égide de l’Association Nationale des Equipes Contribuant à l'Action Médico-Sociale Précoce (ANECAMPS). L'enjeu : apporter à tous les professionnels concernés un socle de connaissances communes et actualisées sur les particularités du développement des enfants ayant ce syndrome et au-delà, promouvoir un modèle de coopération entre centre de référence et centres de compétences.

L’accompagnement précoce des enfants atteints du syndrome de Prader-Willi était au cœur de la journée organisée le 14 décembre 2012  par les Dr Béatrice Grimon et Anne Marie Bertrand, sous l’égide de l’Association Nationale des Equipes Contribuant à l’Action Médico-Sociale Précoce (ANECAMPS). L’enjeu : apporter à tous les professionnels concernés un socle de connaissances communes et actualisées sur les particularités du développement des enfants ayant ce syndrome et au-delà, promouvoir un modèle de coopération entre centre de référence et centres de compétences.

Le syndrome de Prader-Willi (SPW) est une maladie génétique rare (1/15 à 20 000 naissances), complexe, liée à un défaut d’expression des gènes de la région du chromosome 15q11-q13 d’origine paternelle. Le syndrome associe : une hypotonie néonatale sévère, des difficultés alimentaires initiales puis l’apparition précoce d’une obésité morbide associée à une hyperphagie, une petite taille, un hypogonadisme, des troubles des apprentissages, des problèmes de comportement, des troubles psychiatriques avec des conséquences graves, induisant des difficultés majeures de prise en charge pour les patients, les familles, et les soignants
Le traitement des patients a été organisée dans le cadre du plan des maladies rares, avec des centres de référence et des  centres de  compétences. Le centre de référence pour le syndrome de Prader- Willi est coordonné par  l’équipe de Toulouse avec, pour objectifs, d’optimiser la prise en charge des patients, d’informer et de former les professionnels de santé et de favoriser la recherche. Le centre de référence assure un maillage territorial en relation avec les centres de compétences qui suivent les patients au plus proche de leur domicile.
Une collaboration active entre le Centre de Référence de Toulouse et le Centre de Compétences franc-comtois (endocrinologie pédiatrique du CHRU) existe depuis plusieurs années pour la prise en charge très spécifique de ces patients.
Le diagnostic du syndrome de Prader-Willi est désormais souvent posé dans les premières semaines de vie. L’accompagnement de ces bébés, nécessite la collaboration des professionnels, au départ en secteur hospitalier puis en libéral (orthophonistes, psychomotriciens, kinésithérapeutes), ou/et en structures médico-sociales (CAMSP, SESSAD). Cet accompagnement vise à stimuler les acquisitions psychomotrices et relationnelles des patients, en limitant les effets liés à l’hypotonie. La rééducation orthophonique précoce permet de renforcer la motricité bucco-faciale et de mettre en place une guidance parentale autour des troubles de l’oralité.  De même, un soutien spécifique adapté, en ambulatoire améliore les conditions d’évolution et la prise en compte des particularités du comportement alimentaire.

Cette journée de formation a fait appel à l’expertise de l’équipe du centre de référence de  Toulouse avec la présence exceptionnelle du Pr Maïté Tauber et des Drs Gwenaëlle Diène et Pascale Fichaux Bourrin, aux côtés de l’équipe du centre de compétences du CHRU de Besançon (Dr B Mignot,Dr M François, les diététiciennes A Briquez et S Schwendenmann) et de la  psychomotricienne C Vaillier du groupe Oralité.

Lors d’ateliers originaux autour des troubles de l’oralité, de l’hypotonie et des  relations sociales, ont été développés les différents aspects des soins à leur apporter au quotidien.

Plus de 90 participants étaient présents : de nombreux professionnels des CAMPS et SESSAD (dont le dynamisme a été souligné par l équipe de Toulouse), du CHRU (l’équipe de diagnostic anténatal, le service de génétique, le service de néonatologie) et des CHG.

Des parents et représentants de l’association des parents SPW sont intervenus dans l’après midi pour échanger avec les professionnels. Temps fort de la journée, leur témoignage a éclairé sur le quotidien des familles. La richesse du dialogue noué entre parents et professionnels a confirmé l’intérêt de telles rencontres. Au-delà du partage des connaissances, il s’agissait aussi d’offrir un espace de réflexion les professionnels concernés en secteur hospitalier et en secteur ambulatoire, occasion rare, particulièrement appréciée des acteurs.

Cette initiative franc-comtoise originale valorise le travail en réseau déjà développé par l‘équipe du centre de compétences du CHRU, et promeut un modèle de coopération entre centre de référence et centre de compétences, pour optimiser l’accueil, le traitement et  le suivi des enfants atteints de cette maladie rare.

INFORMATIONS UTILES :
 http://www.orphanet.net (rubrique Prader-Willi).
Centre de référence du syndrome de Prader-Willi –  href= »http:// » target= »_blank »www.chu-toulouse.fr/-prader-willi-.
Association Prader-Willi France –  http://www.prader-willi.fr.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”