Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Journée mondiale de lutte contre les hépatites : des actions innovantes au CHU de Bordeaux

A l'occasion de la journée de lutte contre les hépatites, le réseau régional Ville Hôpital et le pôle de référence des hépatites virales du CHU de Bordeaux (Hôpital Haut-Lévêque) présente des actions innovantes en matière de dépistage et de recherche.

A l’occasion de la journée de lutte contre les hépatites, le réseau régional Ville Hôpital et le pôle de référence des hépatites virales du CHU de Bordeaux (Hôpital Haut-Lévêque) présente des actions innovantes en matière de dépistage et de recherche.

Dépistage non-invasif de la gravité l’hépatite le service d’Hépato-Gastroentérologie de l’hôpital Haut-Lévêque a créé le premier centre d’Investigation de la Fibrose hépatique au monde. Il accueille chaque année, plus de 3 500 malades pour une évaluation précise de l’état de leur foie et de la gravité de leur maladie hépatique sans ponction-biopsie du foie grâce à une prise de sang et un examen non-invasif appelé FibroScan. Ces examens indolores sont renouvelés chaque année permettant ainsi de bien suivre l’évolution de la maladie. Ce centre continue d’avancer dans la recherche et dispose maintenant d’une sonde de FibroScan encore plus performante, mise au point à Bordeaux, et qui va désormais être commercialisée dans le monde entier.

nombreux essais thérapeutiques avec de nouvelles molécules non encore commercialisées. Fin 2011, de nouveaux médicaments vont être disponibles pour traiter les hépatites C. Il va s’agir d’une véritable révolution dans la prise en charge de cette maladie puisque le taux de guérison va passer de 45% à l’heure actuelle (avec les médicaments disponibles en 2010) à 75 voire 80% avec ces nouveaux médicaments. Ces nouveaux médicaments ont été essayés au sein du service d’Hépato-Gastroentérologie de l’hôpital Haut-Lévêque ; plus de 2000 malades vont pouvoir en bénéficier dès l’an prochain.

Dépistage et traitement des hépatites virales dans les populations à risque comme les usagers de drogue. Depuis plus de 5 ans, le service d’Hépato-Gastroentérologie de l’hôpital du Haut-Lévêque travaille en collaboration avec le Comité Etude information Drogue de Bordeaux pour améliorer la prise en charge des hépatites virales des usagers de drogues. Cette expérience pilote a fait l’objet de plusieurs publications et cette organisation a servi de modèle à de nombreux centres en France.

Le service d’Hépato-Gastroentérologie développe aussi l’éducation thérapeutique pour les hépatites virales et vient de créer une unité d’éducation thérapeutique permettant aux malades traités ou non traités de rencontrer en plus des médecins, une infirmière spécialisée, une psychologue, des associations de malades et bientôt une diététicienne.

Les hépatites B et C en chiffres…
Des fléaux mondiaux encore largement sous-estimés
– Un être humain sur 12 est porteur chronique d’une hépatite B ou C, soit 350 millions de personnes pour l’hépatite B et 170 millions pour l’hépatite C.
– L’hépatite B se transmet par voie sexuelle et sanguine, il est jusqu’à 100 fois plus contagieux que celui du SIDA. – Selon l’OMS[1], deux milliards de personnes dans le monde ont déjà été en contact avec le virus de l’hépatite B.
– Elle compte parmi les 10 infections les plus meurtrières au monde et représente de très loin la première cause de mortalité par cancer du foie à l’échelle mondiale.
– Le virus de l’hépatite C affecte 3% de la population mondiale. Il se transmet par le contact direct avec du sang ou des fluides corporels contaminés, notamment lors du partage de seringues. Chaque année, 3 à 4 millions de personnes sont infectées dans le monde.
– Les hépatites B et C font plus d’un million de morts par an dans le monde.

En France aujourd’hui
Le plan national de lutte contre les hépatites B et C 2009 – 2012 rappelle qu’environ 280 000 personnes sont porteuses du virus de l’hépatite B et 221 000 de celui de l’hépatite C. Et seules 50% des personnes porteuses d’une hépatite ont connaissance de leur statut sérologique.

Pour lutter contre les hépatites, la Fédération des Pôles de référence et réseaux hépatite (FPRH) rappelLe l’urgence d’un engagement fort et durable à l’échelle mondiale pour l’amélioration du dépistage, des soins et de la recherche contre les hépatites B et C.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.