Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Juillet 2010 – 1ère greffe mondiale du visage

« Le Pr Lantieri réussit la 1ère greffe mondiale du visage » titre le Parisien du 8 juillet. L'intervention s'est déroulée les 26 et 27 juin 2010 et a duré 12 heures ! Le patient âgé de 35 ans souffrait d'une maladie génétique qui lui avait déformé le visage. Il est en bonne santé, il mange, parle, ouvre les yeux et doit se raser la barbe. L'information a été reprise par tous les médias qui saluent l'exploit.

« Le Pr Lantieri réussit la 1ère greffe mondiale du visage » titre le Parisien du 8 juillet. L’intervention s’est déroulée les 26 et 27 juin 2010 et a duré 12 heures ! Le patient âgé de 35 ans souffrait d’une maladie génétique qui lui avait déformé le visage. Il est en bonne santé, il mange, parle, ouvre les yeux et doit se raser la barbe. L’information a été reprise par tous les médias qui saluent l’exploit. Les chroniqueurs précisent que la transplantation effectuée par le Pr Laurent Lantieri du CHU Henri-Mondor comprend les paupières, leurs muscles et les glandes lacrymales – ce qui n’était pas le cas pour la greffe du visage réalisée en avril dernier à l’hôpital Vall d’Hebron à Barcelone. Un rien caustique, Alexandre Duyck, rappelle dans le Journal du Dimanche du 25 juillet 2010 « l’émulation » qui existe entre le Pr Laurent Lantieri et le Pr Bernard Devauchelle. Ce dernier ayant signé la première greffe partielle du visage (triangle nez-lèvres-menton) en juin 2005 sur une jeune femme gravement mutilée par son chien. Le journaliste insiste aussi sur l’expertise des CHU dans ce domaine « sept des treize greffes de la face réalisées à ce jour dans le monde sont françaises »

A la Une aussi les services de chirurgie de 54 hôpitaux menacés de fermeture faute d’activité dont le Journal du dimanche a diffusé la liste le 4 juillet 2010. Dans son article de Marie-Christine Tabet précise que pour maintenir leur service de chirurgie, les hôpitaux devront avoir opéré 1.500 par an entre 2007 et 2009. Un sursis de 16 mois est accordé aux services qui dépassent 70 % de l’objectif (1 050 opérés par an). Ce n’est donc qu’en 2012 que la liste définitive sera connue. Les établissements ont en effet trois ans pour améliorer leur score ou s’associer à un autre établissement. Ce nouveau décret est destiné à « garantir la sécurité des soins », puisque plusieurs rapports pointent le lien entre le volume d’activité et la sécurité des gestes pratiqués ». Pierre Bienvault journaliste à La Croix cite l’exemple d’une coopération en Charente : pour continuer à faire tourner ses blocs opératoires l’hôpital de Ruffec – menacé par le décret gouvernemental – a signé des accords avec le CHU de Poitiers, l’hôpital d’Angoulême et deux cliniques privées. La mise à disposition de chirurgiens expérimentés permet de maintenir la chirurgie ambulatoire en orthopédie, gynécologie, ORL et urologie. Feuilleton à rebondissements, le décret -dont la publication était prévue pour fin juillet- a été reporté « sine die » annonce Laetitia Clavreul dans le Monde du 28 juillet 2010 qui comment « Roselyne Bachelot a décidé de jouer l’apaisement » et note qu’une «mission d’information dans laquelle siègeront un préfet, des élus et des médecins pourra être saisie par le s villes dont le bloc opératoire pose problème.» Il est précisé dans l’article qu’en 2007 – 2009 133 hôpitaux ont enregistré en moyenne moins de 1 500 séjours de chirurgie par an parmi eux plus de 80 hôpitaux comptabilisent moins de 1 050 actes. Des exemples de rapprochement entre services de chirurgie sont cités dont celui de l’hôpital de lavaur (Tarn) avec le CHU de Toulouse. La FHF interrogée sur la question « préfère une démarche territoriale site par site à celle des seuils ». Le Monde complète son dossier par un reportage à Carhaix, où « malgré la fusion avec le CHU de Brest, l’hôpital cherche toujours des médecins. »

A retenir également :
– Le manque de personnel pointé dans Le Parisien du 17 juillet 2010 et dans l’Humanité du 21 juillet 2010 « Soignants au bord de la crise de nerfs à Nantes » onze blocs du CHU sont fermés titre Cécile Rousseau.

– L’influence du net sur l’information santé : «Les hypocondriaques du net» dossier de Jacqueline de Linarès publié dans Le Nouvel Observateur du 22 juillet 2010 ; thème abordé sous un autre angle par Léa Billon dans La Croix du 3 juillet : «Les sites médicaux font tousser les médecins»

Nouveauté 2010 Fondation MACSF : les prix de thèse… La LIGUE 1 de retour sur CANAL+ le 7 août – Le TOP 14 sur CANAL+ SPORT le 14 août Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.