Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’AP-HP à l’honneur au Congrès européen de cardiologie 2019

Avec plus de 350 publications issues de ses équipes, l'AP-HP s'illustre comme un acteur majeur de la recherche au Congrès de la société européenne de cardiologie (ESC 2019) qui s'est tenu du 31 août au 4 septembre 2019 à Paris. Institution parmi les plus innovantes en cardiologie, elle y a présenté ses recherches les plus récentes dans la plupart des spécialités.
Avec plus de 350 publications issues de ses équipes, l’AP-HP s’illustre comme un acteur majeur de la recherche au Congrès de la société européenne de cardiologie (ESC 2019) qui s’est tenu du 31 août au 4 septembre 2019 à Paris. Institution parmi les plus innovantes en cardiologie, elle y a présenté ses recherches les plus récentes dans la plupart des spécialités. 
L’AP-HP assure l’ensemble de la prise en charge cardiologique: médicale, interventionnelle (angioplasties coronaires, rythmologie interventionnelle, pose de valves aortiques par voie percutanée…) et chirurgicale. Elle prend en charge, médicalement ou chirurgicalement,  toutes les maladies cardiaques (cardiopathies ischémiques/ coronaropathies, valvulopathies, troubles du rythme et de la conduction, cardiopathies congénitales, myocardiopathies,  insuffisance cardiaque, maladies rares cardiaques ou à retentissement cardiaque) chez des patients de tous âges, polypathologiques ou non.
Elle dispose de 10 unités de soins intensifs cardiologiques (USIC), de 4 services de chirurgie cardiaque, de 3 services de soins de suite et de réadaptation cardiaque et de centres maladies rares. Chaque année, plus de 150  greffes de cœur y sont par ailleurs réalisées, soit environ 1/3 des greffes en France. 

Le Pr Philippe Gabriel Steg, vice-président chargé de la recherche au sein du directoire de l’AP-HP 

A la pointe de la télémédecine

En matière de pathologies cardiaques, l’AP-HP assure différentes activités de télémédecine. Deux types d’activité s’inscrivent dans le cadre du programme national d’expérimentations de télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé (ETAPES): 
> La télésurveillance de défibrillateurs internes et de pacemakers assurée dans six hôpitaux de l’AP-HP (Antoine-Béclère, Bichat, Necker-Enfants malades, Hôpital européen Georges-Pompidou, Henri-Mondor et Pitié-Salpêtrière). Elle consiste à équiper et éduquer les patients, à récupérer et analyser les données, et à traiter les alertes. 
> La télésurveillance des patients insuffisants cardiaques, avec de nouveaux modèles de parcours de soins pour améliorer leur prise en charge. en suivant au quotidien leur prise de poids (via une balance connectée) et l’évaluation de leurs symptômes (via un boîtier proposant un questionnaire). Cette activité a été mise en place au sein des hôpitaux Henri-Mondor et la Pitié-Salpêtrière. 
D’autres activités sont par ailleurs développées en dehors du programme ETAPES: 
> Le télésuivi des patients sous antithrombotiques pour des indications cardiaques est assuré pour l’adulte par le centre de référence et d’éducation des antithrombotiques d’Ile-de-France (CREATIF) à l’hôpital Lariboisière, et pour l’enfant à l’hôpital Necker-Enfants malades.
Un large projet de téléexpertise sur les antithrombotiques à l’échelle régionale est également en cours d’élaboration.
Par ailleurs l’équipe de chirurgie cardiaque de l’hôpital Bichat AP-HP, dirigée par le Pr Patrick Nataf, participe au développement d’un projet de télépréparation de patients à la chirurgie (« e-Prepare ») puis de télésurveillance (« e-Discharge ») permettant un retour plus précoce à domicile et une meilleure continuité avec les différents acteurs de la prise en charge ville (structures de rééducation).

Une institution de référence pour la prise en charge de l’insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque (IC) est une maladie chronique multifactorielle dont la prévalence ne cesse d’augmenter et est une des toutes premières causes d’hospitalisation non planifiée. Sa prise en charge a bénéficié d’énormes progrès au cours des deux-trois dernières décennies. L’AP-HP y joue un rôle central en proposant l’intégralité des options thérapeutiques, de la réanimation à l’éducation thérapeutique et la réadaptation à l’effort, et avec certaines activités de recours n’existant pas dans les autres établissements comme:
– la transplantation cardiaque et les dispositifs implantables d’assistance ventriculaire: près de 40% des greffes cardiaques françaises (et 100% de l’activité francilienne) sont réalisés au sein d’un des quatre services de chirurgie de l’AP-HP
– plusieurs centres nationaux de référence pour les cardiomyopathies d’origine génétique.
L’AP-HP et ses médecins ont un rôle moteur dans la recherche et l’innovation dans l’IC en participant activement aux grands essais internationaux sur les nouveaux médicaments, et en initiant et conduisant des projets ambitieux tels que:
– la création de cellules de coordination des soins avec télésurveillance et délégation de compétences, en partenariat avec l’Agence régionale de santé Île-de-France et la Haute autorité de santé
– la redéfinition de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection normale (phénotypage avec de multiples outils innovants développés par des entreprises franciliennes) 
– la création de scores de risque de cardiomyopathies génétiques 
– la thérapie cellulaire avec patches de cellules souches.
Pour en savoir plus:

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”