Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hôpital Necker inaugure LUMIERE, une plateforme d’imagerie unique dédiée à la femme enceinte et au fœtus

L’hôpital Necker-Enfants Malades AP-HP s’est doté, en partenariat avec Université de Paris et grâce au soutien de la Fondation LUMIERE (sous l'égide de la Fondation de France), d’une plateforme intégrée de recherche clinique et d’enseignement en imagerie médicale de la femme enceinte, du fœtus et du placenta. Le moyen à terme d’assurer un meilleur suivi de la grossesse et de l’enfant à naître mais aussi de comprendre, identifier et soigner certaines maladies avant même la naissance.
L’hôpital Necker-Enfants Malades AP-HP s’est doté, en partenariat avec Université de Paris et grâce au soutien de la Fondation LUMIERE (sous l’égide de la Fondation de France), d’une plateforme intégrée de recherche clinique et d’enseignement en imagerie médicale de la femme enceinte, du fœtus et du placenta. Le moyen à terme d’assurer un meilleur suivi de la grossesse et de l’enfant à naître mais aussi de comprendre, identifier et soigner certaines maladies avant même la naissance.
Inaugurée le 1er octobre 2019, cette plateforme unique au monde, a été conçue et portée par le Pr Laurent Salomon, gynécologue-obstétricien spécialiste en imagerie fœtale et le Dr David Grévent, radiopédiatre de l’hôpital Necker-Enfants Malades. l’enjeu étant de développer de nouveaux outils de suivi, de prise en charge et de traitement de la femme enceinte et du fœtus, associant les dernières techniques d’imagerie, l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et les big data. 

Accélérer les progrès de l’imagerie fœtale  et ses applications

Avec l’acquisition de méga données et de connaissances uniques, LUMIERE va accélérer les progrès, les partenariats et les innovations technologiques et faciliter les recherches de toute la communauté médicale et scientifique impliquée dans la prise en charge de la grossesse et de ses complications. «La plateforme permettra la convergence des cohortes de patientes, des compétences, des moyens techniques et des chercheurs et ainsi de nouvelles modalités d’exploration des pathologies anténatales pourront être imaginées et définies», explique le Dr Grévent.
Pour le Pr Salomon, Lumière va aussi «permettre d’accélérer le progrès, d’acquérir rapidement des données et des connaissances uniques, et de faciliter les recherches de toute la communauté médicale impliquée dans la prise en charge des pathologies débutant avant la naissance, et d’améliorer ainsi les soins apportés aux enfants et à leur famille mais aussi d’avoir un impact sociétal et à long terme sur la santé des enfants et à l’âge adulte».

Vers de nouvelles modalités de prises en charge et de traitement

Par sa nature collaborative et ouverte, et grâce aux données générées, la plateforme LUMIERE facilitera également le développement économique autour d’innovations issues de la recherche hospitalo-universitaire. A titre d’illustration, l’un des protocoles de recherche mis en œuvre au sein de la plateforme permettra d’évaluer la faisabilité de techniques IRM avancées pour une évaluation fonctionnelle du placenta. La dysfonction du placenta est en effet impliquée dans la majorité des retards de croissance intra-utérin, une pathologie fréquente qui peut avoir des conséquences non seulement pour le nouveau-né mais qui prédispose en outre à des pathologies de l’enfant et de l’adulte, comme le diabète, l’infarctus du myocarde ou les accidents vasculaires cérébraux.
En comprenant mieux les mécanismes de ces pathologies, LUMIERE ouvre la voie vers de nouvelles modalités de prise en charge et de traitement qui sont susceptibles d’avoir un impact majeur en santé publique. Un autre protocole permettra de créer des bases de données du développement fœtal, afin d’identifier toute anomalie de manière plus sûre et plus rapide, permettant d’offrir au parent une prise en charge plus précoce et mieux adaptée.

Une synergie de compétences autour de la mère et du bébé

Implantée au cœur de l’hôpital, LUMIERE repose sur la synergie des compétences des équipes de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP et notamment des services de radiologie pédiatrique et adulte, du centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal, des services de médecine et de chirurgie pédiatriques spécialisés…
L’équipe sur site sera composée de radiologues, obstétriciens, pédiatres, néonatologues, chirurgiens et accueillera également des chercheurs locaux, nationaux et internationaux. La plateforme va également s’appuyer sur un conseil scientifique et sur une équipe d’experts cliniques internationaux.

Financée à hauteur de 755.000€ par l’hôpital Necker

La plateforme LUMIERE a vu le jour grâce au partenariat de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP, de la Faculté de Médecine Paris Descartes – Université de Paris et de la Fondation LUMIERE, abritée par la Fondation de France. Le projet a bénéficié des soutiens décisifs d’Eiffage Energie Systèmes, de la Fondation EDF et de nombreux particuliers aussi bien pour les travaux nécessaires à la création de la plateforme que pour la location et la maintenance de l’IRM. 
La location et la maintenance du matériel constituant la Plateforme pour les trente-six premiers mois est financée par l’Université Paris Descartes (grâce au mécénat de la Fondation LUMIERE et à la participation financière propre de l’Université Paris Descartes et de la Faculté) auprès de GE Healthcare pour un montant total de 632.000€. Le coût de l’opération d’installation et des travaux est financé par l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP à hauteur de 755.000€ grâce aux soutiens de ses généreux donateurs et tout particulièrement d’Eiffage Energie Systèmes. 
« Une naissance est supposée être le plus beau moment d’une vie pour des parents et pour ceux qui accompagnent cet événement. Mais parfois un grain de sable se glisse dans le mécanisme si mystérieux, si sophistiqué, mais extraordinaire de la vie. Ce bonheur se transforme alors en angoisse, en souffrance. Nous l’avons vécu, témoigne Betty Camus, présidente de la Fondation LUMIERE. Sans les progrès extraordinaires de la recherche et de la médecine, sans les interventions d’équipes dont la réputation est mondialement reconnue à l’Hôpital Necker, notre petit Basile, 4 ans, ne nous énumérerait pas tous les types d’avions en nous informant qu’il sera le premier à aller sur mars. Aujourd’hui, après quatre années de travail, le plateau existe, les équipes sont prêtes à se lancer dans la grande aventure de la recherche anténatale».
Pour en savoir : Fondation-lumiere.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.