Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Conférence des Doyens salue la création du «Centre national d’appui à la qualité de vie des étudiants en santé»

«Le bien-être des étudiants est une priorité majeure, car il a un impact important sur la réussite des études et sur l’épanouissement du projet professionnel. Nous souhaitons faire de nos étudiants des soignants compétents, engagés et heureux». Ainsi Jean Sibilia, président de la Conférence nationale des Doyens des Facultés de médecine, a-t-il souligné son engagement dans un communiqué le 15 juillet, à l’occasion de l’installation par Frédérique Vidal et Agnès Buzyn du «Centre national d’appui à la qualité de vie des étudiants en santé».
«Le bien-être des étudiants est une priorité majeure, car il a un impact important sur la réussite des études et sur l’épanouissement du projet professionnel. Nous souhaitons faire de nos étudiants des soignants compétents, engagés et heureux». Ainsi Jean Sibilia, président de la Conférence nationale des Doyens des Facultés de médecine, a-t-il souligné son engagement dans un communiqué le 15 juillet, à l’occasion de l’installation par Frédérique Vidal et Agnès Buzyn du «Centre national d’appui à la qualité de vie des étudiants en santé».
Il a évoqué dans ce contexte l’implication de la Conférence «dans des causes essentielles en particulier la lutte contre les intolérances et le handicap» et sa mobilisation «avec conviction et enthousiasme» pour construire une réforme des études médicales permettant de sortir d’une logique de sélection compétitive pour favoriser une formation performante, mais aussi humaine et collaborative. Il a également rappelé son soutien dans la Loi de santé, «une initiative destinée à favoriser la mobilité internationale afin de donner aux étudiants une nouvelle vision et plus de liberté dans leur parcours professionnel».

Pour le bien-être des étudiants et la bienveillance dans les formations

«La Conférence se réjouit de la démarche menée pour proposer des mesures qui privilégient le bien-être de nos étudiants et la bienveillance dans les formations, a rapporté le président des Doyens. Ces propositions, issues du rapport de Donata Marra, ont vu la mise en place du Centre National d’Appui (CNA),  un lieu de réflexion et de partage qui va agir comme un accélérateur des mesures de soutien». et de conclure: «La Conférence des Doyens et toute la communauté enseignante, au côté des étudiants, est engagée dans ce combat prioritaire… nous devons agir!»
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.