Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’Inserm signe une convention avec le CHU et l’Université de Limoges

Une délégation de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) conduite par son Président, le Professeur André Syrota, accompagné de représentant du CNRS vient de signer une convention tripartite avec le CHU et l’Université de Limoges. L'accord porte sur les unités mixtes de recherche, dont deux ont été nouvellement labellisées en janvier 2012.

Une délégation de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) conduite par son Président, le Professeur André Syrota, accompagné de représentant du CNRS vient de signer une  convention tripartite avec le CHU et l’Université de Limoges. L’accord porte sur les unités mixtes de recherche, dont deux ont été nouvellement labellisées en janvier 2012.
Le CHU de Limoges et l’Université de Limoges comptent 5 équipes labellisées : 1 équipe CNRS et 4 équipes Inserm.
L’UMR 1092 « Anti-infectieux : supports moléculaires des résistances et innovations thérapeutiques » dirigée par le Professeur Marie-Cécile Ploy, et l’UMR 1094 « Neuroépidémiologie Tropicale » dirigée par le Professeur Pierre-Marie Preux, ont été labellisées en janvier 2012. L’UMR 850 « Pharmacologie des immuno-suppresseurs et de la transplantation » dirigée par le Professeur Pierre Marquet et le « Centre d’investigation clinique » P0801 dirigé par le Dr Bruno François, sont deux autres unités Inserm limougeaudes, dont la labellisation a déjà été renouvelée.
Les meilleures équipes de recherche se soumettent à une expertise tous les 5 ans pour obtenir ce label, reconnaissance de la qualité et de la rigueur des projets. Pour le conserver, les équipes s’engagent à préserver un niveau d’exigence pérenne. « Etre équipe Inserm » favorise aussi considérablement les partenariats et coopérations de recherche, en France mais aussi à l’international.
L’accord garantit le développement scientifique des unités de recherche communes par une meilleure coordination entre l’Inserm, l’Université de Limoges et le CHU de Limoges.
La coopération envisagée portera notamment sur les objectifs suivants :
– assurer une production scientifique de haut niveau et une continuité entre la recherche biologique et biomédicale cognitive et la recherche médicale, clinique et en santé publique,
– veiller à la complémentarité des activités de formation et de recherche et contribuer à la qualité de la formation des étudiants à la recherche et par la recherche,
– favoriser la mutualisation des moyens, le développement de plateaux techniques et la collaboration pour la recherche en sciences de la vie et de la santé,
– développer ensemble des activités de transfert et de valorisation.
Cet événement a aussi permis de présenter les résultats positifs obtenus par deux équipes limougeaudes pour deux appels à projets européens de recherche : le projet BIOMARGIN–FP7, dont le Pr Marquet est coordonnateur, et le projet COMBACTE-IMI, dont la coordination d’une des actions a été confiée au Dr François.
Les échanges se sont poursuivis toute l’après-midi à la Faculté de médecine et de pharmacie de Limoges, après une ouverture de session par le Pr Valleix, Doyen de la faculté de médecine. Les membres des équipes hospitalo-universitaires labellisées, ainsi que les équipes émergentes, dont l’équipe EA 3842 « Homéostasie cellulaire et Pathologies » du Pr Jauberteau, et l’équipe EA 6309 « Maintenance Myélinique et neuropathies périphériques » du Pr Funalot étaient invités à tracer les pistes de collaborations fructueuses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”