Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La FHF appelle à la revalorisation des salaires du médico-social privé

La Fédération hospitalière de France salue la revalorisation des salaires des «Oubliés du Ségur» mais alerte sur la situation des professionnels des établissements médico-sociaux autonomes.

La Fédération hospitalière de France salue la revalorisation des salaires des «Oubliés du Ségur» mais alerte sur la situation des professionnels des établissements médico-sociaux autonomes.

La Fédération hospitalière de France a signé, le 11 février, un protocole d’accord prévoyant l’extension du complément de traitement indiciaire (CTI) de 183€ à l’ensemble des professionnels exerçant dans des structures rattachées à un établissement de santé ou un EHPAD public. Cette mesure permettra à partir du 1er juin une cohérence d’éligibilité au CTI pour l’ensemble des professionnels d’un même établissement. «Néanmoins, cette mesure positive ne constitue qu’une première étape, estime son président, Frédéric Valletoux. La FHF alerte sur l’inégalité de traitement de quelques 20 000 professionnels des établissements médicosociaux autonomes, en particulier du secteur du handicap, et appelle à ce que les travaux à venir permettent de leur faire bénéficier de cette même revalorisation».

Poursuite des travaux sur le sujet en mars 2021…

Le protocole d’accord prévoit donc la poursuite des travaux de la mission Laforcade sur ce sujet à partir de mars 2021 et la FHF veillera tout particulièrement à ce que le calendrier de travail soit respecté. 
«Au regard de l’unité du statut de la fonction publique hospitalière et du fait que les missions exercées par ces professionnels sont les mêmes, que leur établissement constitue une structure rattachée à un EPS ou qu’elle soit autonome, l’extension du CTI à ces établissements nous semble incontournable. En outre, leur exclusion du CTI nuit à l’attractivité et à la capacité de recrutement de ces établissements autonomes», explique la FHF.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.