Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Radiologie : la technologie EOS désormais accessible aux alsaciens

Installée début décembre 2019 dans Hautepierre 2, la technologie EOS, enrichit le plateau technique du CHU de Strasbourg, seul établissement alsacien à proposer ce système d'imagerie innovant.

Installée début décembre 2019 dans Hautepierre 2, la technologie EOS, enrichit le plateau technique du CHU de Strasbourg, seul établissement alsacien à proposer ce système d’imagerie innovant.
La radiographie très basse dose EOS fournit des images stéréo-radiographiques du corps entier (ou d’une zone spécifique) en position fonctionnelle (debout ou assis) avec une réduction considérable de l’irradiation par rapport à l’imagerie radiographique conventionnelle ou au scanner. Le système EOS est jusqu’à 7 fois moins irradiant que les examens conventionnels.
L’acquisition se réalise sur des patients debout et dure environ une minute. L’examen du squelette en entier permet d’étudier la statique complète du patient avec à la clé un meilleur diagnostic des pathologies de la colonne vertébrale, mais aussi du bassin, des hanches et des membres inférieurs.
Le système permet une représentation en 3D des structures osseuses, avec une analyse très précises des angles et des rotations. EOS est ainsi un outil extrêmement performant pour les planifications d’interventions chirurgicales. L’irradiation très faible est parfaitement adaptée à l’exploration des enfants et adolescents, notamment ceux nécessitant un suivi radiologique répété comme dans le cas des scolioses.
De manière générale, tous les patients (enfants ou adultes) ayant des pathologies musculo-squelettiques nécessitant une imagerie radiographique (acquisition d’un fauteuil spécifique pour réalisation de l’examen en position assise pour les enfants) peuvent en bénéficier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.