Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La santé cardiovasculaire transfrontalière objet d’une vaste étude

Le risque cardiovasculaire est 30% plus élevé pour les personnes naissant et vivant en Lorraine que dans le reste de la France. Si les causes de cette singularité ne sont pas toutes connues, certaines d'entre elles sont partagées par les régions voisines telles que la Sarre, le Luxembourg et la Wallonie. Déterminisme génétique, influence de l'environnement, de l'alimentation, des modes de vies et des systèmes de soins ? Le CHU de Nancy est partie prenante d'un projet européen baptisé « Nutrition, Environnement et Santé Cardio-Vasculaire » aux côtés du Centre de Recherche Public de la Santé du Grand Duché du Luxembourg, de l'Ecole de Santé Publique de l'Université de Liège et de l'Université de la Sarre qui va tenter de faire le point sur ces différentes hypothèses.

Le risque cardiovasculaire est 30% plus élevé pour les personnes naissant et vivant en Lorraine que dans le reste de la France. Si les causes de cette singularité ne sont pas toutes connues, certaines d’entre elles sont partagées par les régions voisines telles que la Sarre, le Luxembourg et la Wallonie. Déterminisme génétique, influence de l’environnement, de l’alimentation, des modes de vies et des systèmes de soins ? Le CHU de Nancy est partie prenante d’un projet européen baptisé « Nutrition, Environnement et Santé Cardio-Vasculaire » aux côtés du Centre de Recherche Public de la Santé du Grand Duché du Luxembourg, de l’Ecole de Santé Publique de l’Université de Liège et de l’Université de la Sarre qui va tenter de faire le point sur ces différentes hypothèses.

L’Union Européenne lance cette vaste étude interrégionale épidémiologique, la première du genre, sur des panels de populations luxembourgeoises (1400 personnes), wallonnes (800 personnes), sarroises (50 personnes) et lorraines (800 personnes). Objectif général de cette opération d’envergure qui s’échelonnera jusqu’en 2011 et qui est financée à moitié par les fonds européens du FEDER et à moitié par les partenaires : la création d’une alliance transfrontalière de prévention et de promotion de la santé cardio-vasculaire pour la Grande Région.

Recruter, Evaluer, Proposer, les 3 axes du projet
> Recruter, observer et comparer les facteurs de risques cardiovasculaires : alimentation, exposition à certains polluants (pesticides et hydrocarbures) jusques et y compris la quantité de polluants atmosphériques dans les cheveux des membres des panels. Cette enquête comportera des questionnaires, des mesures anthropométriques et des analyses biologiques.

> Évaluer la prise en charge et le contrôle de certains facteurs de risques cardio-vasculaires : hypertension artérielle, diabète, dyslipidémie. Cette action aboutira à la production d’un CD Rom destiné à la formation des professionnels et d’une plaquette à destination des patients concernés par ces pathologies.

> Proposer des recommandations en matière de prévention et de promotion de la santé cardio-vasculaire pour la Grande Région. Pour ce faire recenser les acteurs impliqués (professionnels et autres), sélectionner les actions de prévention et de promotion de la santé cardio-vasculaire les plus pertinentes effectuées entre 2006 et 2008, élaborer des recommandations aux autorités publiques, aux professionnels de santé et aux acteurs de prévention et enfin créer et développer un site Internet afin de dynamiser le réseau transfrontalier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.