Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lancement d’une mission sur la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD

Marisol Touraine et Michèle Delaunay ont confié vendredi dernier une mission sur la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD à Philippe Verger, directeur adjoint du CHU de Limoges, chargé de la politique gérontologique. L’objectif du gouvernement est de déployer dès 2013 un plan d’actions ambitieux sur le territoire national.

Marisol Touraine et Michèle Delaunay ont confié vendredi dernier une mission sur la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD à Philippe Verger, directeur adjoint du CHU de Limoges, chargé de la politique gérontologique. L’objectif du gouvernement est de déployer dès 2013 un plan d’actions ambitieux sur le territoire national.
Les résultats des études nationales ou des diagnostics locaux comme celui conduit en Limousin convergent : la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD est considérée comme inadaptée dans au moins 60% des cas.
Sur un autre échantillon étudié au niveau national, les personnes âgées hébergées en EHPAD ont une consommation globale moyenne d’environ 8 médicaments par jour ; dans 20% des cas, cette consommation s’élève même à 10 médicaments par jour. Or, cette situation peut avoir des conséquences néfastes sur la santé des résidents, aggravant le risque de chute, de dénutrition ou encore les troubles de comportement.

Ce constat partagé pousse à l’action. C’est un enjeu crucial en terme de préservation de l’autonomie et d’économie pour les dépenses d’assurance-maladie.
L’expérimentation initiée en 2009 sur l’introduction de la dépense de médicaments dans les dotations des EHPAD ne disposant pas de pharmacie intérieure n’a pas permis de faire émerger des éléments suffisamment concluants pour poursuivre cette démarche. Aussi, Marisol Touraine et Michèle Delaunay ont-elles proposé dans le cadre du PLFSS pour 2013 de mettre un terme à cette essai, et d’impulser une nouvelle dynamique capable de mobiliser tous les professionnels autour de ce sujet.
En confiant une mission à Philippe Verger, professionnel reconnu, elles ont également souhaité rompre avec la logique précédente, afin que le futur plan d’actions soit élaboré à partir des expériences de terrain. Qui plus est, le Limousin est une région où l’ensemble des acteurs témoignent de leur volonté de travailler ensemble à l’évaluation de leurs pratiques professionnelles, engagement que les deux ministres ont voulu saluer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.