Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Il se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment St Stanislas, l'une des deux Unités de Soins de Longue Durée du CHU de Nancy et accueille des personnes âgées résidentes atteintes d'altération intellectuelle et de troubles du comportement. Dès la porte d'entrée, on comprend pourquoi un patient lui a spontanément attribué ce nom en faisant à haute voix une réflexion de bon sens : « Quel bel appartement !». C'est là une des premières originalités du lieu : à l'opposé des chambres d'hospitalisation classique, « L'appartement » est un espace de vie structuré sur le modèle de nos habitations.

Il se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment St Stanislas, l’une des deux Unités de Soins de Longue Durée du CHU de Nancy et accueille des personnes âgées résidentes atteintes d’altération intellectuelle et de troubles du comportement. Dès la porte d’entrée, on comprend pourquoi un patient lui a spontanément attribué ce nom en faisant à haute voix une réflexion de bon sens : « Quel bel appartement !». C’est là une des premières originalités du lieu : à l’opposé des chambres d’hospitalisation classique, « L’appartement » est un espace de vie structuré sur le modèle de nos habitations.

Une salle à manger, une cuisine équipée grâce aux dons des comités 54 de la Légion d’Honneur et du Mérite, un coin repos, où, deux fois par semaine, se retrouve une dizaine de résidents parmi les plus lourds pour bénéficier d’une prise en charge autre que médicamenteuse.

Aux formules chimiques, on préfère ici l’alchimie des relations humaines qui donne du sens à la vie. Nul ne ménage ses efforts afin que deux fois par semaine, de 10 à 15 heures, des résidents difficiles à prendre en charge dans un cadre traditionnel, aient la possibilité de rester en contact avec la réalité malgré leur démence. Quel est le secret ? Il n’y en a pas, si ce n’est celui d’avoir su unir des volontés et rassembler des moyens pour déployer autour d’eux un encadrement de soignants volontaires et impliqués et un minimum d’outils.

Le docteur Claude Lederlin, gériatre du CHU de Nancy qui, avec un psychologue et un cadre de santé chapeaute l’équipe composée chaque semaine de 3 soignants et d’une bénévole, précise qu’il ne s’agit pas d’occuper les résidents à travers des activités tous azimut « Ce ne sont pas des animations au sens où on l’entend traditionnellement dans ce genre d’établissement, c’est de la thérapeutique, c’est soigner autrement, c’est-à-dire en déployant tout ce qui peut favoriser le bien être, canaliser l’agressivité et mettre en valeur la relation dans un environnement humanisé. »

Le petit déjeuner est pris en commun dès l’arrivée des résidents, ensuite,selon l’envie, c’est la lecture à haute voix du journal quotidien ou d’autres activités manuelles qui permettent de stimuler la mémoire, la gestuelle et les échanges. Vient la préparation du déjeuner avec la contribution de ceux qui le désirent sous la surveillance étroite de l’équipe d’encadrement. Tout est propice à la mobilisation des sens comme autant de clefs pour garder ouvertes les portes de la réalité. Dans le respect absolu de chacun, les résidents sont sollicités verbalement, visuellement, tactilement sans la barrière du fonctionnement hospitalier et du manque de disponibilité. L’ambiance à « L’appartement » est détendue, confiante, rassurante. La proximité de l’autre, la présence des autres apaise et repousse les angoisses liées à l’isolement grandissant que génère la maladie. Il n’est pas rare ici, d’entendre fuser des rires spontanés ou encore d’interpréter à l’unisson des chansons de variété ou du répertoire traditionnel.

Chaque journée se termine pour l’équipe soignante par une réunion bilan pour voir encore et encore ce qu’il est possible d’améliorer dans cette prise en charge humaniste de la maladie qui complète l’approche médicamenteuse. A Nancy, comme partout ailleurs, la réflexion engagée autour de la création d’une unité Alzheimer au CHU concrétise ce qui relève désormais d’une priorité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”