Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU de Rennes construit son hôpital femme-enfant

Le lundi 2 mai prochain, à 16 heures, à l'Hôpital-Sud, seront officiellement lancés les travaux de rénovation et d'extension du futur hôpital femme-enfant. Ce futur hôpital permettra le regroupement, sur un même site, de toutes les activités concourant à la prise en charge des femmes et des enfants.

Le lundi 2 mai prochain, à 16 heures, à l’Hôpital-Sud, seront officiellement lancés les travaux de rénovation et d’extension du futur hôpital femme-enfant. Ce futur hôpital permettra le regroupement, sur un même site, de toutes les activités concourant à la prise en charge des femmes et des enfants.

Il s’agit d’un projet architectural de 52 millions d’euros qui s’inscrit au plan national hôpital 2007. Il se décline en quatre points :
. la construction d’une première extension qui accueillera les urgences médicales et chirurgicales pédiatriques, la pharmacie, l’unité de nutrition et diététique pédiatrique, la procréation médicalement assistée ;
. la construction d’une deuxième extension pour accueillir le bloc obstétrical et l’hôtel de garde ;
. la rénovation et l’extension des unités existantes pour l’unité de grossesse à risques, le service de diagnostic anténatal, et la réanimation pédiatrique ;
. la rénovation pour les soins courants de néonatologie et les chambres mère-enfant.

A la fin des travaux en 2009, l’Hôpital-Sud aura augmenté ses surfaces d’accueil d’1/4 et surtout répondra aux objectifs fixés :
. disposer (en 2007) d’une maternité de niveau III avec des unités coordonnées (grossesses à risques, réanimation infantile, soins intensifs et soins courants de néonatologie) ;
. concourant à la prise en charge des femmes et des enfants.

A cette occasion, le CHU a décidé d’identifier ce futur hôpital femme enfant en le baptisant « Hôpital femme-enfant Anne de Bretagne ».

Pourquoi ce nom ?
Il fallait un nom en lien avec l’univers de la femme et de l’enfant qui portait les valeurs positives et ancrait l’hôpital dans sa ville et sa région. Parce qu’Anne de Bretagne a été duchesse de Bretagne mais aussi reine de France. Parce qu’elle a été placée au rang des femmes les plus illustres compte tenu de sa force d’âme avec laquelle elle supporta à la mort de son père les plus grands revers, de par son habileté dans la direction de son duché, de la protection qu’elle accorda aux arts, aux sciences et à toutes les entreprises utiles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.