Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le corps et son image : questions éthiques

La 5e journée d'éthique, organisée par le groupe nantais d'éthique dans le domaine de la santé (GNEDS) et le Conseil départemental de l'Ordre des médecins de Loire-Atlantique, se tiendra le samedi 19 janvier 2008 à la faculté de médecine de Nantes.

La 5e journée d’éthique, organisée par le groupe nantais d’éthique dans le domaine de la santé (GNEDS) et le Conseil départemental de l’Ordre des médecins de Loire-Atlantique, se tiendra le samedi 19 janvier 2008 à la faculté de médecine de Nantes.

Corps parfait, corps défait : entre rêves et réalité ?
Des questions éthiques fondamentales se posent aux différents âges de la vie sur l’image que nous avons de notre corps et celle dont nous rêvons.
Faut-il accepter la réalité telle qu’elle est ou la changer vers un idéal rêvé ? Cet idéal ne nous est-il pas imposé par les autres ? Par une société où le corps a pris une importance considérable ? Les modifications infligées au corps ne sont-elles pas un conformisme à des normes imposées par la société ? Les outrages du temps, l’image de la dégradation que nous avons de nous même ou que les autres nous renvoient n’altèrent-ils pas cette dignité si souvent revendiquée et en même temps bafouée ?

Le rêve du corps parfait
Lors d’une première table ronde, biologistes de la reproduction, pédopsychiatres, chirurgiens infantiles et Maël Lemoine, philosophe, échangeront sur le thème de l’enfant à naître entre diagnostic prénatal et interventions périnatales.

La seconde table ronde traitera du corps rêvé et parfois refusé de l’adolescent et de l’adulte à travers le culte du corps et de la performance, des dysmorphophobies, de l’anorexie mentale, de l’obésité et du regard de la société.

Corps défait – corps refait
Le professeur Bernard Devauchelle, chirurgien plastique au CHU d’Amiens, qui a effectué la 1re greffe de visage, des professionnels du CHU de Nantes, du CH de Saint-Nazaire et de la clinique Jules Verne, Jacques Ricot, philosophe, débattront sur la chirurgie plastique et réparatrice, sur l’image du corps dégradé, sur l’adulte handicapé et sur les prothèses et artifices techniques.

Cette manifestation accueillera près de 150 professionnels de santé de Loire-Atlantique. Cette année, le grand public est également convié à cette journée qui se déroulera à l’amphithéâtre n°8 de la faculté de médecine le 19 janvier prochain de 9 h à 17 h. Entrée libre et gratuite. Le programme est disponible sur le site du CHU : www.chu-nantes.fr (rubrique actualités).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.