Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Jardin la Nurserie de La Réunion lauréat du 7ème trophée « Culture et Hôpital / FHF »

Le CHU de La Réunion s'est vu décerner le "prix pour les partenariats menés" dans le cadre du trophée "Culture et Hôpital/FHF" pour son "jardin La Nurserie", porté avec le Centre hospitalier de Mayotte. En distinguant les initiatives remarquables, ce trophée encourage l’engagement des établissements dans les pratiques artistiques et culturelles. Le prix a été remis ce 22 mai 2019 lors du salon Hôpital Expo.

Le CHU de La Réunion s’est vu décerner le "prix pour les partenariats menés" dans le cadre du trophée "Culture et Hôpital/FHF" pour son "jardin La Nurserie", porté avec le Centre hospitalier de Mayotte. En distinguant les initiatives remarquables, ce trophée encourage l’engagement des établissements dans les pratiques artistiques et culturelles. Le prix a été remis ce 22 mai 2019 lors du salon Hôpital Expo.
Le Jardin la Nurserie est un lieu atypique, un jardin où l’on prend soin de plantes médicinales de toute origine. Ce site d’exception s’épanouit au cœur des hôpitaux de La Réunion (sites nord et sud du CHU) et de Mayotte (CH de Mamoudzou). Il est devenu un lieu de rencontre où se retrouvent soignants, soignés et visiteurs. Dans cet espace, propice aux conversations bucoliques, les promeneurs s’initient aux vertus des plantes et partagent leurs traditions pour finalement constituer une archive vivante de plantes et d’histoires ; un terreau fertile aux échanges et au rapprochement des deux îles au sein d’une culture commune.
C’est un lieu qui interpelle le visiteur sur l’acte « du prendre soin » et sur le lien entre médecine moderne et médecine traditionnelle. C’est enfin un espace d’apaisement.
Le Jardin la Nurserie est une œuvre du collectif d’artistes SUPERFLEX conçue en collaboration avec Sébastien Clément, jardinier paysagiste, commandée par un groupe de personnels hospitaliers et de représentants d’usagers des deux établissements dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires*.
Une initiative soutenue par les instances culturelles et sanitaires
Les Directions des Affaires Culturelles, DAC Océan Indien et DAC Mayotte, l’Agence Régionale de Santé Océan Indien, le Centre Hospitalier Universitaire de La Réunion, le Centre Hospitalier de Mayotte, la Fondation Daniel et Nina Carasso et la Fondation de France sont partenaires du Jardin la Nurserie. L’œuvre a été réalisée avec la médiation et la production de Mari Linnman." 
*L’action « nouveaux commanditaires » de la Fondation de France permet à des citoyens de porter un projet artistique, d’être les commanditaires d’une œuvre d’art. Dans ce cadre, un médiateur culturel accompagne le groupe citoyen commanditaire pour formaliser sa commande d’œuvre auprès de l’artiste.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.