Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Limousin affirme son engagement dans la lutte contre le cancer.

Lundi 2 avril 2007, les partenaires de la Région Limousin ont signé leur adhésion au GIP Cancéropôle Grand Sud-Ouest. Une dynamique régionale de recherche sur le cancer également confirmée par l'activité du Comité d'Orientation de la Recherche sur le Cancer (CORC) en limousin.

Lundi 2 avril 2007, les partenaires de la Région Limousin ont signé leur adhésion au GIP Cancéropôle Grand Sud-Ouest. Une dynamique régionale de recherche sur le cancer également confirmée par l’activité du Comité d’Orientation de la Recherche sur le Cancer (CORC) en limousin.

A la suite de la publication du Plan Cancer en 2003, 7 cancéropôles avaient été créés sur le territoire national, dont le Cancéropôle Grand Sud-Ouest qui réunissait 4 régions : Aquitaine / Languedoc Roussillon / Limousin et Midi Pyrénées.

Le CHU et l’Université de Limoges ainsi que le Conseil Régional du Limousin ont été parties prenantes dès le démarrage du Cancéropôle Grand Sud-Ouest en 2003. Le cancéropôle GSO doit à présent être érigé en groupement d’intérêt public (GIP) pour mieux répondre à ses missions en se dotant en particulier d’instances de gouvernance et de gestion appropriées (assemblée générale, conseil d’administration, conseil scientifique).

La cérémonie de signature d’adhésion s’est déroulée à l’Université de Limoges en présence de Jacques Fontanille, Président de l’Université, de Jean-Paul Denanot, Président du Conseil Régional, et de Philippe Vigouroux, Directeur général du CHU, en présence d’Evelyne Crémer, Secrétaire générale du Cancéropôle Grand sud-Ouest.

Le Limousin s’est particulièrement investi dans la recherche sur le cancer. C’est ainsi que 3 équipes du CHU de Limoges ont été retenues, en qualité d’investigateurs principaux ou associés, dans les projets de recherche suivants :
– ciblage thérapeutique dans les hémopathies malignes (coordonnateur : Jean Feuillard) ;
– caractérisation et évaluation des marqueurs tumoraux génétiques et cinétiques impliqués dans la réponse au traitement des cancers colo-rectaux (associés : Pierre Marquet et Nicole Tubiana-Mathieu) ;
– reconstitution de l’historique de l’exposition aux pesticides utilisables dans les études épidémiologiques sur le cancer (associé : Michel Druet-Cabanac).

En outre, pour prolonger dans la région la dynamique de recherche sur le cancer, le Conseil Régional, l’Université, le CHU et l’ARH du Limousin ont souhaité déterminer ensemble une politique cohérente de développement de la recherche fondamentale et/ou translationnelle sur le cancer et éviter ainsi le saupoudrage des financements.

Une structure de concertation et de soutien à la recherche sur le cancer en Limousin a donc été créée, à l’initiative particulière du président de la Commission Médicale d’Etablissement du CHU de Limoges, le Pr Bernard Descottes : le Comité d’Orientation de la Recherche sur le Cancer (CORC) en Limousin. Une instance à caractère stratégique ainsi qu’un conseil scientifique ont été constitués en octobre 2005 associant les financeurs (Conseil Régional, ARH et Ligue contre le cancer), ainsi que les organismes de gestion de la recherche (Université / CHU).

Depuis sa création le CORC a permis le financement de 3 projets régionaux en 2006 à hauteur de 370 000 euros :
– Projet du Professeur Jean Feuillard, «Régulations génétiques et transcriptionnelles de la transformation lymphocytaire B»,
– Projet du Professeur François Labrousse, «Plates formes d’oncologie moléculaire»,
– Projet du Docteur Muriel Mathonnet, «Rôle des récepteurs de prolifération, différenciation et mort cellulaire dans les cancers du sujet âgé».

L’effet « cancéropôle » sur le développement de la recherche sur le cancer en Limousin :
– compétences et apports originaux du Limousin en complémentarité des autres régions,
– décloisonnement entre équipes de chercheurs, entre les thématiques de recherche, entre la recherche fondamentale et la recherche clinique…
– prise de conscience par les acteurs de la recherche de la nécessité de concentrer les efforts et de constituer les synergies sur quelques thèmes préférentiels, de permettre une lisibilité de la stratégie de recherche, de promouvoir l’excellence, de mutualiser les moyens et les plates-formes de recherche.

Cette initiative limousine a apporté une plus grande cohérence à la politique de recherche en structurant et mutualisant les moyens et en concentrant les financements sur des axes de recherche essentiels.

Cet exemple d’organisation, exposé aux autres membres du Cancéropôle Grand Sud-Ouest, a incité d’autres CHU à se doter d’une structure identique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”