Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1er SAMU de France, le SAMU 31 célèbre ses 50 ans,

Le CHU de Toulouse a célébré les 50 ans de la création du 1er SAMU de France, le SAMU 31, ce lundi 19 novembre 2018. Imaginé par le Pr Louis Lareng qui voulait que les médecins sortent de l’hôpital pour se rendre « au pied de l’arbre », cette conception novatrice de la mobilité des soins a depuis fait des émules avec la création de 101 centres de réception et de régulation sur tout le territoire. Aujourd’hui, le SAMU 31 expérimente la télémédecine. Il est reconnu comme une référence nationale, voire internationale dans le domaine de la médecine d’urgence et de catastrophe.

Le CHU de Toulouse a célébré les 50 ans de la création du 1er SAMU de France, le SAMU 31, ce lundi 19 novembre 2018. Imaginée par le Pr Louis Lareng qui voulait que les médecins sortent de l’hôpital pour porter secours « au pied de l’arbre », le concept de soins mobiles a depuis fait des émules avec la création de 101 centres de réception et de régulation sur tout le territoire. Aujourd’hui, le SAMU 31 expérimente la télémédecine. Il est reconnu comme une référence nationale, voire internationale dans le domaine de la médecine d’urgence et de catastrophe.
Son activité en constante augmentation montre toute l’utilité de cette médecine d’urgence : 546 605 appels par an, 227 726 dossiers de régulation médicale,10 737 sorties adultes, 1 779 enfants et 1 118 sorties de l’hélicoptère
50 ans d’engagement et d’innovation
Au cours de la cérémonie, Marc Penaud, directeur général du CHU de Toulouse, a rendu un hommage appuyé aux femmes et aux hommes qui portent le SAMU 31 depuis 50 ans. « Au moment de souffler les 50 bougies de la création de votre service, je souhaite vous remercier très chaleureusement au nom de l’institution pour votre capacité d’innovation, pour vos compétences, pour le travail fourni, pour les services rendus à la population, pour les sourires redonnés quand une situation d’urgence vitale évolue favorablement, pour votre humanité au bord de la route auprès d’un grand blessé ou de ses proches. Vous portez en vous toutes les valeurs du service public hospitalier. »
Le Pr Laurent Schmitt, président de la Commission Médicale d’Etablissement, a exprimé la fierté du CHU d’avoir en son sein un tel service : « Au-delà de ses qualités médicales, de ses compétences techniques et organisationnelles, il y a une petite musique qui caractérise au fil du temps l’image que donne le SAMU du CHU. Tout d’abord, il existe un esprit SAMU, ce sont des hommes et des femmes qui ont bâti une épopée, une aventure dont l’enjeu vise le soin à tout moment. Cet esprit SAMU infiltre la chaîne humaine des permanenciers, des ambulanciers, des aides-soignants, des cadres de santé, des infirmiers et des médecins. Tous sont animés du même dévouement et d’un engagement sans faille dans le service public. Ensuite, intervient la confiance d’une population. Le SAMU sait qu’il dispose d’une image exceptionnelle auprès de la population haut-garonnaise. Elle sait qu’elle peut compter 24 heures sur 24 sur une disponibilité et une compétence sans faille. Le SAMU représente la main tendue des soignants vis-à-vis de ceux qui souffrent dans l’urgence. Enfin, 50 ans de qualité de soins ne découlent pas du hasard. Tous ces professionnels, ces équipes, sont animés de la même recherche de l’excellence et du souci de sa continuité. Les anniversaires ultérieurs confirmeront le brio et les qualités de cette équipe et de cette structure. »
La politique qualité du SAMU 31
Le SAMU 31 est l’un des plus avancés dans la démarche qualité. Une dizaine de médecins y consacrent leur temps extra-clinique et chaque mois, deux réunions de réécoute de bandes sonores ont lieu avec le personnel. « Nous sommes le seul Samu à avoir adopté cette démarche. » selon Vincent Bounes, l’actuel chef de service du SAMU 31.
Les appels réécoutés émergent grâce à la méthode des triggers tools, que Vincent Bounes a pu expérimenter aux Etats-Unis. Ce procédé repose sur une analyse rapide d’une série de dossiers de régulation du CRRA (Centre de Réception et de Régulation des Appels) tirés au hasard chaque mois. Les dossiers à risque font l’objet d’une analyse plus fine menée lors des réunions bimensuelles.
SAMU 31 : les dates clés
1955 : Transports médicalisés des « polios » insuffisants respiratoires
1968 : Création officielle du SAMU 31 par le conseil d’administration du CHR
1969 : Détachement et mise à disposition d’un hélicoptère militaire
1973 : Création du SMUR pédiatrique à Purpan
1973 : Création du SMUR montagne
1983 : Création du centre de consultations médicales maritimes (l’unique en France)
1986 : Loi sur les SAMU et les centres 15
1988 : Le numéro d’appel 15 est installé à Toulouse
1989 : Départ à la retraite du Pr Lareng, remplacé par le Pr Virenque
1998 : Mise en service de deux hélicoptères biturbines
2001 : Explosion de l’usine AZF
2004 : Le Dr Ducassé succède au Pr Virenque
2008 : Ouverture du nouveau bâtiment du SAMU à Purpan, le pavillon Louis Lareng
2016 : Le Pr Bounes remplace le Dr Ducassé à la tête du SAMU 31

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”