Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les directeurs d’hôpital choqués par la diffusion des fiches expliquent tout l’enjeu d’une démarche de qualité

L'Association nationale des Directrices et Directeurs d’Hôpital (ADH) s'est dite "particulièrement choquée par l’instrumentalisation du système des « fiches de signalement des événements indésirables" (FEI) survenue à Toulouse ». Dans un communiqué en date du 12 avril 2018 signé de son Président, Frédéric Boiron, et de son Bureau, l'ADH condamne le procédé qui "montre une totale méconnaissance des réalités hospitalières et des politiques de qualité mises en place dans les CHU et les hôpitaux publics". "Les auteurs de cette prétendue fuite ne font que porter gravement atteinte à l’hôpital, au mépris des personnels qui y exercent et des patients qui y sont accueillis".
L’Association nationale des Directrices et Directeurs d’Hôpital (ADH) s’est dite "particulièrement choquée par l’instrumentalisation du système des « fiches de signalement des événements indésirables" (FEI) survenue à Toulouse ». Dans un communiqué en date du 12 avril 2018 signé de son Président, Frédéric Boiron, et de son Bureau, l’ADH condamne le procédé qui "montre une totale méconnaissance des réalités hospitalières et des politiques de qualité mises en place dans les CHU et les hôpitaux publics". "Les auteurs de cette prétendue fuite ne font que porter gravement atteinte à l’hôpital, au mépris des personnels qui y exercent et des patients qui y sont accueillis".  
L’ADH se joint aux Conférences nationales des CHU, à la Fédération Hospitalière de France, pour apporter son total soutien à la gouvernance et aux personnels du CHU de Toulouse. Elle rappelle que le système des FEI est mis en place dans la quasi-totalité des établissements de santé, dans une logique de qualité au bénéfice des patients. 

Identifier les risques pour les prévenir relève d’une politique de qualité moderne

Les prises en charge médicales et hospitalières sont évidemment des activités à risques. L’important, selon l’ADH, n’est pas de les nier, mais de s’organiser au mieux pour les prévenir et, lorsque des incidents surviennent, de les traiter et les faire cesser. 
La politique qualité moderne se fonde justement sur le bon repérage de ces « événements indésirables », pour en assurer la traçabilité, le traitement, le retour d’expérience, pour progresser dans l’intérêt des patients. 

Evénements indésirables : il ne s’agit pas de blâmer mais de comprendre ensemble

Dans cet esprit, depuis des années les hôpitaux ont mis en place des politiques de « non sanction » : lorsqu’un incident survient, hors d’un comportement fautif, on ne cherche pas des responsables mais on s’emploie à comprendre les causes pour adapter l’organisation.   
Ces Fiches permettent ainsi à tout agent hospitalier, quel que soit son métier, de participer à la démarche. Elles permettent aussi de préserver l’anonymat de ceux qui le souhaitent. Il s’agit d’une politique ouverte, positive, animée par la volonté de progresser et non de « cacher » quoi que ce soit. Ce sont évidemment des documents internes. 
Cette prétendue « fuite » illustre "les excès de « l’hôpital-bashing » qui perd tout lien avec la réalité". 
Et de conclure "Les auteurs de cette diffusion devraient s’inspirer pour eux-mêmes des techniques d’assurance-qualité pour la conduite de leurs activités à l’avenir". 
________
En savoir plus sur l’Association des directeurs d’hôpital
Fondée en 1961, l’Association s’est donnée pour mission de renforcer les liens de camaraderie et de solidarité interprofessionnels, de défendre et promouvoir les intérêts de la fonction de direction tout en garantissant une neutralité politique, religieuse, culturelle et syndicale. Au fil des ans l’Association a structuré son activité autour de la formation et de l’animation de réseaux, tout en favorisant le développement d’échanges et de débats.
L’ADH détient une forte représentativité socio-professionnelle et géographique : Directeurs d’hôpital adhérents 34% sont chefs d’établissement (directeurs, directeurs généraux de CHU, directeurs d’ARH), 60% sont adjoints 6% en cours de formation (élèves directeurs d’hôpital EDH). A son actif des enquêtes inédites sur la procédure d’évaluation ; la vision du métier ; la « fusion des corps » ; l’égalité femmes-hommes, la perception des membres des conseils de surveillance.
Tous les ans, l’ADH organise des journées nationales au Parc Floral de Vincennes, les XXVIes se sont tenues les 15 et 16 mars derniers 

http://www.adh-asso.org/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.