Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Toulouse : la FHF soutient le CHU et condamne la diffusion « irresponsable » des fiches

La FHF par l’intermédiaire de son président Frédéric Valletoux apporte son soutien au CHU de Toulouse et à ses professionnels. L'instance condamne fermement la diffusion irresponsable de documents internes au CHU de Toulouse et dénonce le caractère anxiogène de cette divulgation dans un communiqué en date du 12 avril 2018.
La FHF par l’intermédiaire de son président Frédéric Valletoux apporte son soutien au CHU de Toulouse et à ses professionnels. L’instance condamne fermement la diffusion irresponsable de documents internes au CHU de Toulouse et dénonce le caractère anxiogène de cette divulgation  dans un communiqué en date du 12 avril 2018.
Le 6 avril, le CHU de Toulouse a adressé une information pour préciser « que ces fiches s’inscrivent dans une démarche qualité en matière de sécurité des soins ». « En profond accord avec cette position, la FHF « condamne fermement la diffusion irresponsable de documents internes au CHU de Toulouse ». Ces révélations n’en sont d’ailleurs pas puisque «  les hôpitaux, en toute transparence avec les représentants des usagers, ont mis en place depuis longtemps des signalements des dysfonctionnements dans un objectif de sécurité des soins et d’amélioration continue de qualité. Les ‘’fiches de signalement d’évènements indésirables’’ en sont un outil indispensable ».
Manque de respect 
La FHF condamne ces agissements qui « témoignent d’un réel manque de respect pour le travail admirable des équipes soignantes, techniques et administratives, et d’une absence totale de considération pour les patients, compte tenu du caractère potentiellement anxiogène d’éléments sortis de leur contexte ». 
 
La FHF revient sur les fondements de la démarche qualité « Les professionnels des établissements publics s’engagent de manière continue pour repérer et corriger les dysfonctionnements afin d’améliorer la qualité des soins et des prestations, la sécurité et la satisfaction des patients.» 

Les fiches d’événements indésirables sont indispensables à l’amélioration de  :
la qualité des soins directement dispensés aux patients ;
les procédures d’utilisation du matériel autour du patient ;
la maintenance des infrastructures et des matériels ;
l’organisation des services de soins, techniques et administratifs
Chaque professionnel, quelles que soient ses fonctions et sa position hiérarchique, doit pouvoir les utiliser sans appréhension. Les difficultés doivent être signalées de façon immédiate afin que des mesures correctives soient prises le plus rapidement possible. Et de conclure « La diffusion de ces fiches par un site internet est de nature à interférer avec les bonnes pratiques mises en place ».  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.