Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
L'avènement du concept de démocratie sanitaire dans les années 90 et l'actualisation le 2 mars 2006 de la charte du malade hospitalisé confortent la présence, l'intervention et… le pouvoir des associations d'usagers à l'hôpital. Au CHU de Clermont-Ferrand, où plus de 60 associations de santé interviennent, les bénévoles siègent dans des instances officielles comme le Conseil d'Administration et participent à quatre autres coordinations et commissions. Jean-Pierre Bastard, ex Directeur Général de CHU et actuellement représentant des usagers au Conseil d'Administration au titre de l'Association Visite aux Malades en Etablissements Hospitaliers (VMEH) dresse un état des lieux dans un article publié dans le numéro 8 du journal interne du CHU Chroniques de juin 2006.

L’avènement du concept de démocratie sanitaire dans les années 90 et l’actualisation le 2 mars 2006 de la charte du malade hospitalisé confortent la présence, l’intervention et… le pouvoir des associations d’usagers à l’hôpital. Au CHU de Clermont-Ferrand, où plus de 60 associations de santé interviennent, les bénévoles siègent dans des instances officielles comme le Conseil d’Administration et participent à quatre autres coordinations et commissions. Jean-Pierre Bastard, ex Directeur Général de CHU et actuellement représentant des usagers au Conseil d’Administration au titre de l’Association Visite aux Malades en Etablissements Hospitaliers (VMEH) dresse un état des lieux dans un article publié dans le numéro 8 du journal interne du CHU Chroniques de juin 2006.

Au Conseil d’Administration, 4 représentants des usagers prennent une part active à la définition des orientations stratégiques, à l’évaluation et au contrôle de leur mise en oeuvre.

Différentes instances visent à organiser un partenariat efficace avec les représentants. Certaines sont obligatoires comme la commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (ex commission de conciliation). Chargée de veiller au respect des droits des usagers, la commission examine les plaintes des malades et fait des propositions pour améliorer les prises en charge.
Des coordinations ont été créées par la Direction Générale comme le comité des usagers dont la vocation est de prendre l’avis des usagers sur certains dossiers présentés par la Direction Générale. D’autres représentations ont été mises en place à l’initiative des associations tel le kiosque associatif qui, après une période d’essoufflement, repart sous le nom d’« espace aide et information – soutien aux malades et à leur famille ». Bientôt une nouvelle instance de concertation réunissant toutes les associations verra le jour. Ce comité sera doté d’une structure légère de quelques membres avec un président coordonnateur et se réunira à son initiative, en assemblée plénière, pour examiner les questions proposées par les différentes associations, afin d’adopter une position commune.

Les associations de malades bénéficient également du soutien de la direction de la clientèle qui intervient en lien avec le Président de la Commission Médicale d’Etablissement.

« C’est une grande chance pour les malades auvergnats et leur famille que de pouvoir disposer d’un aussi riche réseau associatif : (…) associations intervenant pour une grande cause nationale (don d’organes) ou une maladie particulière (maladie orpheline, pathologie spécifique, pathologies dont il faut promouvoir la recherche…), bénévoles oeuvrant directement auprès des hospitalisés (adultes, enfants, des personnes âgées…) ou des associations à vocation générale de défense du consommateur.(…) Mais cette multiplicité est un risque d’inefficacité et de dilution de l’action (…) si les acteurs ne se coordonnent pas » explique Jean-Pierre Bastard. Et l’ancien Directeur Général conclut en rappelant leurs droits et devoirs : « Les responsables associatifs ont certes des droits : ceux de s’exprimer au nom des malades qu’ils représentent et d’être écoutés et si possible entendus(…) mais ils ont aussi des devoirs : ceux de ne pas interférer avec le fonctionnement de l’établissement mais de coopérer avec les équipes médicales et soignantes du CHU, sur toutes les questions d’intérêt général qui débordent le champ spécifique de chacune des associations. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.