Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les parents handicapés et l’hôpital sud : une compréhension exemplaire

La rencontre entre une jeune femme handicapée déterminée à devenir mère et un corps médical et para-médical attentif à ce projet est à l'origine d'une meilleure reconnaissance des besoins spécifiques des personnes handicapées au CHU de Rennes, une démarche, saluée par Marie-Sophie Desaulle, présidente de l'Association des Paralysés de France.

La rencontre entre une jeune femme handicapée déterminée à devenir mère et un corps médical et para-médical attentif à ce projet est à l’origine d’une meilleure reconnaissance des besoins spécifiques des personnes handicapées au CHU de Rennes, une démarche, saluée par Marie-Sophie Desaulle, présidente de l’Association des Paralysés de France.

« Nous notons un véritable intérêt de la part des professionnels du monde médical qui est très demandeur en terme d’information. C’est grâce à leur implication que les démarches entreprises avec l’Hôpital Sud portent aujourd’hui leurs fruits. L’acquisition d’une table gynécologique adaptée par l’hôpital sud est une grande étape puisqu’elle marque concrètement la reconnaissance par le corps médical du droit à être parent, et ceci dans les meilleures conditions. Un projet d’aménagement de deux chambres de maternité est également en cours », précise Christine Durand, Responsable du groupe « Etre parent handicapé » de l’APF.

Une prise en charge personnalisée des patientes
Depuis 1999, l’équipe médicale et soignante a été sensibilisée à l’accueil en Maternité de la mère et de son enfant par l’Association des parents des paralysés de France et notamment par sa présidente Madame Christine Durand, mère de 2 enfants, patiente du service du Professeur Grall.

L’aménagement des locaux
Des réunions associant les différentes catégories de personnel ont été organisées par les cadres sages-femmes pour mieux connaître les besoins de ces mamans. A partir de ces réflexions, quelques aménagements ont été réalisés à la maternité de l’Hôpital Sud avec l’aide d’un ergonome.
En avril 2003, une table électrique a été installée en consultation de gynécologie afin de permettre une plus grande autonomie des personnes handicapées.
L’aménagement et l’équipement de cette salle vont être complétés dans les prochains mois.

L’écoute des besoins spécifiques des futures mamans
Au cours des consultations prénatales, les médecins et les sages-femmes proposent aux futures mères handicapées de rencontrer le cadre sage-femme afin de préparer le temps de la naissance et du séjour.
La création récente de l’unité régionale d’accueil et de soins pour personnes sourdes au CHU permet de prendre en charge les patientes sourdes par une équipe médicale et soignante bilingue.
L’accueil des personnes handicapées dans le futur hôpital femme-enfant
Le plan directeur du CHU de Rennes prévoit la réalisation d’un Hôpital Femme-Enfant, établissement qui regroupera toutes les disciplines de la femme et de l’enfant sur le site de l’Hôpital Sud, disciplines qui sont aujourd’hui éclatées entre les 3 sites principaux de l’établissement.
L’accueil des patients et des familles handicapés a été d’emblée positionné comme une nécessité.
Des contacts ont été pris avec les associations d’ handicapés physiques, de mal voyants et de mal entendants pour prendre en compte leurs besoins et leurs attentes dans le futur bâtiment.

Aussi, le projet prévoit l’aménagement de chambres spécialement adaptées pour les handicapés :
– 2 chambres en gynécologie, le service ouvrira au 1er semestre 2004
– 4 chambres en maternité,
– 2 chambres en hospitalisation de courte durée à l’Accueil pédiatrique pour des enfants et/ou des parents handicapés,
– 4 chambres mères- enfants en pédiatrie.
Toutes ces chambres disposeront d’un sol podotactile devant chaque porte, d’une signalétique en braille, d’ouvertures de portes, de fenêtres et de placards adaptées, d’un cabinet de toilette aménagé pour accueillir un fauteuil, de commandes de lumières et de volets au lit et de divers équipements aidant à la mobilité et à l’autonomie (téléphone, plateaux de transfert, étude de couleurs…), ainsi que de tables à langer à hauteur variable en maternité.
Pour ce qui est des parties communes, il est prévu : une signalétique en braille dans les ascenseurs et les entrées de service, des banques d’accueil accessibles aux fauteuils ; tous les sanitaires publics et le vestiaire du personnel seront accessibles aux handicapés.

Reconnaître et faire vivre le droit d’être parent handicapé
Grâce à l’intervention du groupe « Etre parent handicapé », aux collaborations que ses membres ont su développer avec les médecins et soignants, à leurs échanges dans le cadre de rencontres-débats sur « Le désir d’être parent au-delà du handicap », à la publication d’ouvrage, les tabous se sont peu à peu levés et avec eux les appréhensions des parents en devenir.

De leur côté, les professionnels ont découvert les possibilités et les spécificités de la parentalité des personnes en situation de handicap. Le droit d’être parent handicapé se vit pleinement au CHU de Rennes. Aujourd’hui, le groupe travaille à cette même reconnaissance auprès des pouvoirs publics. Une reconnaissance qui serait effective notamment par le biais d’une allocation spécifique d’aide aux parents handicapés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.