Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’essor régional des antennes de l’Unité de Prévention de Suivi et d’Analyse du Vieillissement

Prévenir la perte d’autonomie et favoriser le bien vieillir à domicile du sujet âgé est un concept qui fait école en Limousin. La région compte désormais 10 Unités de Prévention de Suivi et d’Analyse du Vieillissement (UPSAV) ; la première était fondée en 2009 par le CHU de Limoges. Depuis 6 antennes UPSAV ont été créées en Haute-Vienne et en Creuse, rejointes par 3 établissements de Corrèze. Le 2 septembre ces nouvelles structures paraphaient une convention de partenariat avec l'Agence Régionale de Santé du Limousin et du CHU de Limoges, leur coordonnateur.

Prévenir la perte d’autonomie et favoriser le bien vieillir à domicile du sujet âgé est un concept qui fait école en Limousin. La région compte désormais 10 Unités de Prévention de Suivi et d’Analyse du Vieillissement (UPSAV) ; la première était fondée en 2009 par le CHU de Limoges. Depuis 6 antennes UPSAV ont été créées en Haute-Vienne et en Creuse, rejointes par 3 établissements de Corrèze. Le 2 septembre ces nouvelles structures paraphaient une convention de partenariat avec l’Agence Régionale de Santé du Limousin et du CHU de Limoges, leur coordonnateur.
Convaincu qu’il est possible d’être acteur de son vieillissement, le Pr Thierry Dantoine réunissait dès 2009 une équipe de spécialistes du « Bien vieillir ». L’objectif : aux côtés des médecins traitants, accompagner les séniors souhaitant vivre chez eux le plus longtemps possible. L’Unité de Prévention de Suivi et d’Analyse du Vieillissement (UPSAV) de Limoges était née. Après une montée en charge progressive du dispositif dans les établissements en Creuse et en Haute-Vienne, son déploiement en Corrèze marque le début de sa généralisation. La signature d’une convention tripartite le 2 septembre 2013 formalise cette modélisation sur l’ensemble de la région et définit les termes de l’accompagnement financier. Un déploiement synonyme d’équité pour les habitants de tous les territoires du Limousin.
Au coeur des préoccupations des UPSAV: la prévention de la perte d’autonomie du sujet âgé, l’expertise,  les aspects formation et recherche (clinique, médico-économique, sciences humaines et sociale), l’élaboration d’un référentiel standardisé d’anticipation et d’accompagnement du bien vieillir à domicile,
Bien vieillir chez soi est le souhait de la majorité les séniors. Aller vivre dans une maison de retraite ou une résidence d’accueil adaptée est la plupart du temps une décision contrainte. En étroite collaboration avec leurs médecins traitants, l’UPSAV propose donc aux séniors désirant rester chez eux le plus longtemps possible, d’optimiser leurs chances d’y parvenir. En faisant le point sur leur état de santé et d’autonomie, en prodiguant des conseils de mode de vie et de sécurisation de l’habitat, tout en assurant un suivi personnalisé, les équipes de l’UPSAV contribuent, avec la personne, à conserver ou améliorer son autonomie et sa qualité de vie. Ce dispositif est mis en place en coordination avec les services des conseils généraux.
Les équipes de l’UPSAV sont constituées de professionnels spécialistes du « Bien vieillir » : médecins gériatres, infirmiers, ergothérapeutes, psychomotriciens, psychologues, assistantes sociales, secrétaires… un ensemble de compétences sollicitées selon les besoins de la personne.
Sur simple demande de la personne elle-même, d’un proche, d’un professionnel de santé libéral, d’une association d’aide à domicile, après accord de la personne, un ou des professionnels de l’UPSAV viennent gratuitement à domicile pour identifier les forces et les fragilités de la personne, faire le point sur sa situation : santé, équilibre, mémoire, environnement… Ils l’informent et la conseillent sur ses maladies et leurs traitements, la prévention, l’adaptation éventuelle de son lieu de vie, le maintien ou l’amélioration de son autonomie, les activités et aides possibles (humaines, techniques, financières…). Enfin ils l’assistent dans la mise en œuvre et le suivi de solutions adaptées à sa situation.
Les personnes vivant à domicile pouvant être suivies par l’UPSAV doivent néanmoins répondre à deux critères: avoir plus de 75 ans, ou plus de 65 ans si leur santé est « fragile » et souffrir de plusieurs maladies chroniques telles que diabète, maladie cardiovasculaire, troubles de la mémoire…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”