Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hôpital imaginé par les enfants, pour les enfants

Une dizaine d'enfants étaient présents à la CDU le 22 novembre. Crédit Photo : CHU de Reims
Le 22 novembre, le Centre Hospitalier Universitaire de Reims a lancé sa Commission des usagers exclusivement dédiée aux enfants. Une première en France.

On connaissait les Conseils Citoyens des enfants dans les mairies, il existe désormais une Commission des Usagers des enfants à l’hôpital. Imaginée par le CHU de Reims, cette dernière a pour objectif de recueillir la parole des enfants, quel que soit leur âge et leur expérience de l’hospitalisation.

« J’ai eu cette idée en entendant parfois les enfants dire ce qu’ils aimaient ou n’aimaient pas lorsqu’ils étaient hospitalisés », raconte Isabelle Daligault, cadre supérieure du Pôle Femme-Parents-Enfants qui a été aidée dans ce projet par Clémence Lejeune, Ingénieure qualité. La démarche s’inspire des questionnaires habituellement distribués aux adultes en fin de séjour pour les interroger sur le niveau d’accueil, la qualité des repas servis, la chambre ou encore la douleur.

DR : CHU de Reims

Imagine ton hôpital

T’es tu senti(e) bien accueillie ? As-tu été satisfait(e) de ta chambre ? Qu’est-ce que tu n’as pas aimé à l’hôpital ? Tout au long du mois d’octobre, de jeunes patients de l’American Memorial Hospital, l’hôpital des enfants du CHU de Reims, ont ainsi pu répondre, accompagnés de leurs parents, à une dizaine de questions. Au total, ce sont soixante-quatorze questionnaires de satisfaction qui ont été comptabilisés puis examinés par la Direction de la qualité et des relations avec les usagers. Et lorsqu’on regarde les résultats de cette enquête baptisée Imagine ton hôpital, matérialisés sous forme de camemberts, on comprend vite que la proportion de réponses positives domine globalement, l’expression du ressenti sur les repas, la douleur, et le suivi de l’école à l’hôpital étant plus nuancée. 

DR : CHU de Reims

L’inclusion des patients les plus jeunes ne s’arrête pas là. Car ces derniers ont par ailleurs eu la possibilité de soumettre leurs propres idées pour améliorer leurs conditions d’hospitalisation. Sur dix projets présélectionnés, quatre d’entre eux ont été retenus lors de la première Commission des usagers dédiée aux enfants le 22 novembre dernier, pour une mise en place courant 2023. 

Le premier projet qui a su charmer les vingt-neuf membres de la CDU (composée d’une dizaine d’enfants âgés de quatre à dix-sept ans et de leurs parents volontaires, de la Directrice générale Laetitia Micaellli Flender, de plusieurs autres personnalités du CHU et de représentants d’associations partenaires) s’intitule Jamais sans mon animal. Il est né de l’esprit de Sarra, huit ans, et doit permettre aux enfants de conserver un contact avec leurs animaux de compagnie durant l’hospitalisation, et ce grâce à la mise à disposition d’une salle dédiée. Le deuxième projet lauréat, conceptualisé par Emeline, une adolescente de quinze ans, consiste à la mise en lien à distance entre enfants et familles via une application. Grâce à un accès protégé sur le site internet du CHU, les parents pourront avoir accès depuis chez eux à des informations sur le séjour de leur enfant (s’il a bien dormi ou mangé par exemple), ce qui permettra, au passage, de limiter le nombre de coups de fil passés aux soignants…

Le dernier projet sur le podium doit permettre aux jeunes patients de choisir leurs repas (équilibrés, cela va de soi) à la carte. Celui-ci n’est d’ailleurs pas incompatible avec l’idée qui a reçu le coup de cœur du jury : l’accès aux programmes proposés par la plateforme de Disney + sur l’ensemble de l’hôpital. Les futurs petits patients peuvent remercier Selena, quatre ans, qui a voulu rompre avec la diffusion des « dessins animés trop nuls » de la chaîne Gulli. 

DR : CHU de Reims

Quant aux propositions non retenues (salle de gaming, familiarisation du matériel médical pour dédramatiser les situations de soins etc.), elles pourraient revenir sur la table dès l’an prochain. Le CHU souhaite en effet inscrire cette CDU des enfants dans la durée en renouvelant le dispositif chaque année. 

La rédaction avec le CHU de Reims

Une Commission des usagers, c’est quoi ? 

La Commission des usagers est une instance réglementaire présente dans tous les établissements de santé. Son rôle est de faire le lien entre les établissements et les patients, de veiller au respect des droits de ces derniers, de faciliter leurs démarches, de contribuer à l’amélioration de leur accueil et de leur prise en charge. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.