Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« L’hôpital virtuel » améliore la formation des infirmiers

Des cas cliniques bien réels mais sur des patients virtuels ! De quoi enrichir à l'infini la formation initiale et continue des infirmiers européens. Pour familiariser les soignants aux nouvelles formes d'enseignement, le CHU de Rouen organise un séminaire le vendredi 16 octobre 2009 autour de l'hôpital virtuel. Ce projet européen d'enseignement à distance a réuni durant deux ans 11 équipes de 5 pays différents : la Belgique, la Bulgarie, la France, l'Italie et le Portugal dont l'Institut de Formation en Soins Infirmiers du CHU-Hôpitaux de Rouen. Leur défi : créer une compétence collective en matière d'alternance et d'enseignement à distance.

Des cas cliniques bien réels mais sur des patients virtuels ! De quoi enrichir à l’infini la formation initiale et continue des infirmiers européens. Pour familiariser les soignants aux nouvelles formes d’enseignement, le CHU de Rouen organise un séminaire le vendredi 16 octobre 2009 autour de l’hôpital virtuel. Ce projet européen d’enseignement à distance a réuni durant deux ans 11 équipes de 5 pays différents : la Belgique, la Bulgarie, la France, l’Italie et le Portugal dont l’Institut de Formation en Soins Infirmiers du CHU-Hôpitaux de Rouen. Leur défi : créer une compétence collective en matière d’alternance et d’enseignement à distance.

L’hôpital virtuel propose des études de cas très concrètes aux infirmiers afin qu’ils optimisent leurs réflexes et leurs connaissances et qu’ils puissent ainsi satisfaire aux niveaux élevés d’exigence de leurs employeurs mais aussi des patients.
Financé par l’Agence Education Formation Europe de la Belgique francophone, l’hôpital virtuel a pour ambition de créer une synergie européenne des formations paramédicales. Cette démarche s’inscrit dans le cadre du projet Leonardo – programme d’éducation et de formation tout au long de la vie. Il s’agit de la première expérience professionnelle en la matière, émergeant des recommandations européennes de Bologne, Copenhague, Lisbonne…

Renseignements pratiques
Séminaire de valorisation du projet Hôpital Virtuel, en présence du promoteur belge et des partenaires belges, bulgares, français, italiens et portugais
Vendredi 16 octobre 2009 de 9h30 à 12h30
Espace Régional de Formation des Professions de Santé (ERFPS) du CHU-Hôpitaux de Rouen, 14 rue du Professeur Stewart, 76000 Rouen

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.