Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hypersensibilité de la vulve : une consultation spécialisée à Lyon

En France, 1 femme sur 10 souffre d'hypersensibilité de la vulve appelée aussi vestibulodynie, une maladie sous-diagnostiquée et pourtant très invalidante au quotidien. Pour pallier, le retard de diagnostic et l'errance thérapeutique, le centre Hospitalier Lyon Sud (HCL) a ouvert une consultation spécialisée, alliant gynécologie et dermatologie qui reçoit chaque année 200 à 250 femmes.

1 femme sur 10 souffre d’hypersensibilité de la vulve appelée aussi vestibulodynie, une maladie sous-diagnostiquée et pourtant très invalidante au quotidien. Pour pallier, le retard de diagnostic et l’errance thérapeutique, le Centre Hospitalier Lyon Sud (HCL) vient d’ouvrir une consultation spécialisée, alliant gynécologie et dermatologie qui reçoit chaque année 200 à 250 femmes.
Le syndrome de vestibulodynie apparaît tôt : plus de la moitié des femmes ont ressenti des douleurs tenaces et persistantes, provoquées ou spontanées avant l’âge de 25 ans, et 75% avant 35 ans (1). « Au début c’est juste une douleur pendant les rapports puis ça devient persistant. Avant de rencontrer les médecins, j’avais mal tout le temps : pour m’assoir, faire du vélo… le simple fait d’appuyer sur mon périnée me faisait souffrir atrocement ! » témoigne Vanessa. Même le toucher avec un coton tige peut induire une douleur « C’est une pathologie difficile à diagnostiquer car elle ne comporte pas de lésions visibles. Explique le Dr Véronique Julien, gynécologue au centre Hospitalier Lyon sud. « Le diagnostic se fait notamment en provoquant la douleur avec le test du coton-tige. Je détermine, selon les réactions de la patiente les zones sensibles ».
Une maladie sous diagnostioquée
Le délai moyen entre le début de la douleur et le diagnostic se situe entre 5 et presque 7 ans. Ce retard de diagnostic contribue, d’après les patientes, à la sévérité de leurs symptômes. (2)
Les causes de la vestibulodynie sont multiples et divisent encore les médecins. Parmi les plus crédibles, on trouve les infections dont les mycoses à répétition, la ménopause, certains traitements locaux, certaines dermatoses comme le lichen scléreux vulvaire. Les principales pathologies diagnostiquées en consultation à Lyon sont la vestibulodynie (25%), le lichen ou autres dermatoses (psoriasis, eczéma,..) (25%), cancers et précancers (25%), mycoses à répétitions ou autres infections (25%).
Des traitements au long cours
On peut associer plusieurs prises en charge : des traitements locaux contre la douleur (anesthésiants) et des corps gras. Des massages et de la relaxation périnéale. De la kinésithérapie vaginale avec biofeedback si besoin. Une prise en charge psychologique et/ou sexologique selon les cas.
« Le traitement va durer plusieurs mois, l’amélioration sera progressive avec d’éventuelles rechutes, d’où l’importance d’un suivi régulier. » Prévient Dr Sandra Ronger, dermatologue au Centre Hospitalier Lyon Sud.
Plus d’information sur la consultation de vestibulodynie des HCL 
1. Jantos M, Burns NR. Vulvodynia. Development of a psychosexual profile. J Reprod Med 2007; 52: 63-71
2. Dr Clarence de Belilovsky, Paris, France

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.