Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Livre blanc des CHU : Invitation presse

Monsieur Paul Castel, Président de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires et Monsieur le Professeur Pierre Fuentes, Président de la Conférence des Présidents des Commissions Médicales d'Etablissement de CHU convient les journalistes au lancement du Livre blanc des CHU, jeudi 20 avril 2006 à 10h30, à la Fédération Hospitalière de France (FHF), 33 avenue d'Italie, 75013 PARIS, Place d'Italie (lignes 5, 6, ou 7) ou Tolbiac (ligne 7).

Monsieur Paul Castel, Président de la Conférence des Directeurs Généraux de Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires et Monsieur le Professeur Pierre Fuentes, Président de la Conférence des Présidents des Commissions Médicales d’Etablissement de CHU convient les journalistes au lancement du Livre blanc des CHU, jeudi 20 avril 2006 à 10h30, à la Fédération Hospitalière de France (FHF), 33 avenue d’Italie, 75013 PARIS, Place d’Italie (lignes 5, 6, ou 7) ou Tolbiac (ligne 7).

Au moment où les dépenses de l’assurance maladie font l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics et où un récent sondage place une fois de plus l’hôpital en tête des services publics les plus appréciés des français*, les responsables des CHU, à travers la Conférence des Directeurs Généraux, en partenariat avec la Conférence des Présidents de Commissions Médicales d’Etablissement, éditent un livre blanc sur l’expertise et l’efficience de leur gestion.

Déjà reconnus pour leurs performances en matière de soins de recours, d’innovation et de recherche, les CHU méritent aussi d’être considérés comme des pôles d’excellence en management. Le document présente en 80 pages les initiatives adoptées pour améliorer les résultats économiques dans 8 secteurs majeurs : stratégie, recherche-innovation, finances, architecture, ressources humaines, logistique-achats, systèmes d’information et management-qualité.

Nombreux exemples à l’appui, les CHU démontrent leur capacité à transformer radicalement leurs organisations pour optimiser leurs ressources et gagner en productivité tout en assurant aux malades un service de meilleure qualité.

L’ouvrage dément clairement les idées reçues : les CHU ne sont pas des boîtes noires consommatrices de moyens mais de grandes entreprises publiques, dynamiques et transparentes.

*Sondage CSA/ France Europe Express/ France Info du 23 novembre 2005

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.