Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladie d’Alzheimer : identification d’une enzyme tueuse impliquée dans la perte de mémoire

Une équipe de l'hôpital Lariboisière dirigée par le Pr Jacques Hugon (AP-HP, université Paris Diderot, Inserm unité 839) a mis en évidence la présence d'une « enzyme tueuse », la protéine kinase R (PKR), dans le cerveau et en circulation le liquide céphalo-rachidien des patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Ces travaux ont fait l'objet d'un dépôt de brevet par l'AP-HP et d'une publication dans la revue Biological Psychiatry *.

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui induit des troubles de la mémoire et cognitifs. La formation de plaques amyloïdes, les enchevêtrements neurofibrillaires, la perte neuronale et  l’inflammation cérébrale en sont les caractéristiques majeures.  La  cause des dégradations  des neurones n’est pas connue mais constitue  une cible importante pour de nouveaux traitements.
 
Une équipe de l’hôpital Lariboisière dirigée par le Pr Jacques Hugon  (AP-HP, université Paris Diderot, Inserm unité 839) a mis en évidence la présence d’une « enzyme tueuse », la protéine kinase R (PKR), dans le cerveau et en circulation le liquide  céphalo-rachidien des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.  Ces travaux ont fait  l’objet d’un dépôt de brevet par l’AP-HP et  d’une publication dans  la revue Biological Psychiatry *.
 
Lorsqu’elle est activée par la phosphorylation, la PKR entraîne la  mort cellulaire par apoptose (processus par lequel des cellules amorcent leur auto-destruction en réponse à un signal). LA PKR peut déclencher le processus d’inflammation et altère la constitution de la mémoire. L’équipe du Pr Jacques Hugon a montré que le niveau de la protéine kinase R  activée était 3 fois plus élevé dans le liquide céphalo-rachidien des patients atteints de la maladie d’Alzheimer que chez les patients non atteints. Le taux de PKR était également élevé dans le liquide céphalo-rachidien d’un groupe de patient souffrant de troubles cognitifs légers, phase précoce de la maladie d’Alzheimer. Par ailleurs, les taux de PKR activée ont été corrélés avec les taux de protéine tau hyperphosphorylée, un biomarqueur du liquide céphalo-rachidien existant de la maladie d’Alzheimer.
Cette étude révèle donc que la PKR pourrait être un puissant et précoce   médiateur des déficits de mémoire et de la destruction des neurones, un acteur du processus inflammatoire et un possible nouveau biomarqueur de la maladie d’Alzheimer dans le liquide céphalo-rachidien. La PKR représente une nouvelle cible thérapeutique pour ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer et pour réduire la dégradation des fonctions cognitives des patients atteints de cette maladie.
 
« La kinase PKR est impliquée dans plusieurs processus dégénératifs observés dans le cerveau des patients atteints de maladie d’Alzheimer, explique le Pr Jacques Hugon. De nouvelles recherches sont en cours pour diminuer son activité  grâce à des inhibiteurs spécifiques de cette kinase, qui pourraient représenter un moyen puissant pour freiner l’évolution des troubles de la mémoire des patients atteints ».

 
A propos de l’L’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels (OTT&PI) de l’AP-HP

L’AP-HP, établissement public de santé, est soumise aux obligations et missions des établissements de santé (diagnostic, soins, surveillance et prévention) et répond également aux dispositions propres au service public hospitalier ayant pour mission de concourir à l’enseignement universitaire et postuniversitaire ainsi qu’à la recherche médicale, odontologique et pharmaceutique. Dans le cadre de leurs activités de soin et de recherche, les cliniciens et soignants de l’AP-HP sont à l’origine de nombreux projets de recherche innovants et développent des innovations qui peuvent être brevetées et potentiellement valorisables dans le cadre d’un transfert de technologie.
L’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels de l’AP-HP (OTT&PI), support dynamique pour les porteurs d’innovation et les détenteurs d’un savoir-faire est spécifiquement en charge de la protection et de la valorisation économique de ces  innovations, met en place des partenariats privilégiés avec les entreprises du secteur de la santé et des biotechnologies, françaises ou étrangères, et les autres organismes de recherche afin de créer les conditions optimales d’une collaboration qui mènera du concept innovant à la mise sur le marché de produits et services utilisables in fine par les malades.
L’OTT&PI accompagne et oriente les porteurs de projets dans leur démarche de création d’entreprise et met en place les conditions du transfert de technologie par l’octroi d’une licence d’exploitation des innovations brevetées.
L’AP-HP dispose d’un portefeuille de 418 familles de brevets, 685 partenariats de R&D, et près de 150 licences mises en place sur les projets innovants. Ces efforts sur la valorisation de l’inventivité des personnels rapportent désormais près de 15 millions d’euros par an à l’AP-HP qui mène une politique active de valorisation de partenariats industriels.
 
* Biol Psychiatry. 2012 Jan 24 – Increased Cerebrospinal Fluid Levels of Double-Stranded RNA-Dependant Protein Kinase in Alzheimer’s Disease. Mouton-Liger F, Paquet C, Dumurgier J, Lapalus P, Gray F, Laplanche JL, Hugon J; for the Groupe d’Investigation du Liquide Céphalorachidien Study Network.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”