Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maternité et tabac : une journée d’échange, de nouveaux projets

Une journée d'échange entre le Pr Delcroix, les médecins et soignants de l'hôpital de la mère et de l'enfant, la direction générale du CHU et l'ARH Limousin a permis de poser les bases de nouvelles actions pour mieux sensibiliser les femmes enceintes suivies par l'hôpital à l'arrêt du tabac.

Une journée d’échange entre le Pr Delcroix, les médecins et soignants de l’hôpital de la mère et de l’enfant, la direction générale du CHU et l’ARH Limousin a permis de poser les bases de nouvelles actions pour mieux sensibiliser les femmes enceintes suivies par l’hôpital à l’arrêt du tabac.

Le Pr Delcroix gynécologue obstétricien au CHU de Lille et responsable du programme « Maternité sans tabac » au sein du réseau Hôpital sans tabac est venu au CHU de Limoges à l’occasion de cette journée.

Un questionnaire renseigné par 260 personnels de l’hôpital a d’abord permis de mieux connaître le niveau de sensibilisation de chacun aux risques de l’addiction tabacologique chez la femme enceinte, et la qualité des informations données aux futures mamans sur ce sujet.

L’hôpital de la mère et de l’enfant du CHU de Limoges a déjà mis en place une politique d’accompagnement des femmes enceintes, qui s’est réalisée grâce au travail d’une sage-femme, qui prend en charge les femmes enceintes et les aide au sevrage pendant leur maternité.

Le Dr Aboyans, tabacologue et cardiologue à l’hôpital Dupuytren, qui accompagne cette démarche et le Pr Delcroix (gynécologue obstétricien au CHU de Lille et responsable du programme Maternité sans tabac au sein du réseau Hôpital sans tabac) invité de cette journée, ont démontré à tous la nocivité du tabac chez la femme enceinte et les dégâts qu’il peut entraîner sur le foetus.

La direction générale du CHU et la direction de l’ARH ont affirmé à cette occasion la volonté de poursuivre la réalisation d’un plan régional de lutte contre le tabac pendant la grossesse, avec une mission pédagogique régionale de formation des sages femmes dans les autres sites. Une action qui s’intégre dans la réforme Patient Santé Territoire.

D’autres appareils de dosage du monoxyde de carbone vont aussi être commandés pour permettre aux sages femmes de pratiquer des dosages par voies respiratoires au moment de l’accouchement afin d’évaluer les conséquences de l’intoxication chez le nouveau-né.

Le CHU de Limoges va aussi mettre en place un dépistage et un accompagnement des enfants victimes du monoxyde de carbone et, grâce à l’expérience déjà acquise des tabatocogues locaux, prendre en charge les femmes enceintes fumeuses…et tous ceux et celles qui désirent arrêter de fumer pour améliorer l’environnement du foetus.

Bien sur, la prise de conscience collective des soignants se trouve aussi renforcée par cette journée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.