Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Athérosclérose : des médecins du CHU publient des recommandations Américaines

Belle distinction pour le limousin : 4 médecins du CHU de Limoges avaient organisé en 2009 une réunion internationale pour établir des recommandations sur la standardisation du diagnostic de l’artériopathie des membres inférieurs à partir de la mesure des pressions artérielles à la cheville. Ces consignes, relayées par la société américaine de cardiologie, ces recommandations viennent d’être publiées et font office de référence internationale.

Belle distinction pour le limousin : 4 médecins du CHU de Limoges avaient organisé en 2009 une réunion internationale pour établir des recommandations sur la standardisation du diagnostic de l’artériopathie des membres inférieurs à partir de la mesure des pressions artérielles à la cheville. Ces consignes, relayées par la société américaine de cardiologie, ces recommandations viennent d’être publiées et font office de référence internationale.
La mesure des pressions artérielles au niveau des chevilles et le rapport de ces dernières sur les pressions humérales (IPS) permettent de dépister l’atteinte des artères des membres inférieurs par l’athérosclérose. Cette atteinte est fréquente ; elle concerne plus 15 % de la population au delà de 70 ans, soit plus 17 000 limousins. C’est la même maladie qui altère les artères qui vascularisent le cœur et le cerveau. La localisation au niveau des membres permet d’identifier les sujets qui présentent un risque élevé de développer des complications cardio-vasculaires. Dans les formes majeures les artères s’occluent avec constitution d’un infarctus, d’un accident vasculaire cérébral ou d’une gangrène. La maladie évolue longtemps à bas bruit et est souvent méconnue. Il est donc capital de dépister cette maladie tant pour adopter des mesures de prévention au niveau des membres qu’au niveau général afin d’éviter les manifestations graves.
La mesure de l’IPS permet ce dépistage mais cette dernière souffrait d’une grande hétérogénéité de méthode. Les techniques de mesure et de calcul fluctuaient suivant les médecins d’ou la nécessité d’adopter une norme internationale qui permette tant de classer correctement les sujets à risque afin qu’ils puissent bénéficier des mesures préventives nécessaires, que de pouvoir comparer les résultats des différentes études dans le domaine de la recherche.  L’incidence est  majeure en termes de santé publique et d’économie de santé, puisque selon la méthode choisie, la fréquence de cette maladie pouvait être estimée du simple au triple !
Les équipes de médecine vasculaire, de cardiologie et d’épidémiologie du CHU et de la Faculté de Médecine  de Limoges sont reconnues internationalement et publient depuis plus de 10 ans sur le sujet. C’est la raison pour laquelle 4 médecins limougeauds (Pr Victor Aboyans, Pr Philippe Lacroix, Dr Benoit Marin, Pr Pierre-Marie Preux) ont organisé en 2009 une conférence de consensus internationale sur ce thème en limousin. Des experts européens (Allemagne, Grande Bretagne, Pays Bas, Suède) et nord-américains se sont réunis durant 3 jours pour établir un document de recommandation établi à partir d’une analyse des données scientifiques disponibles. La valeur des travaux de cette conférence a été reconnue par l’American Heart Association (la société des cardiologues américains), qui a sollicité le même groupe pour rédiger ses recommandations. Au bout de trois années de travail, ces recommandations viennent d’être publiées dans « Circulation », la première revue mondiale de cardiologie. Ces recommandations « made in Limoges » servent désormais de méthode universelle de référence pour la mesure de l’IPS. Elles permettront également la reproductibilité des études.
En savoir plus : href= »http://circ.ahajournals.org/content/126/24/2890.full » target= »_blank »
Contact presse
Maïté Belacel, Chargée de communication, CHU de Limoges
05 55 05 63 51 – maite.belacel@chu-limoges.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”