Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Montpellier à la tête du projet européen Respine contre la discopathie vertébrale

Objectif : développer à l'horizon 2020 un traitement efficace de la discopathie vertébrale par injection de cellules souches. Ce programme, coordonné par le Pr Christian Jorgensen au CHU de Montpellier, regroupe 14 établissements de 5 pays européens pour un budget total de 5 555 836 d'euros.
Objectif : développer à l’horizon 2020 un traitement efficace de la discopathie vertébrale par injection de cellules souches. Ce programme, coordonné par le Pr Christian Jorgensen au CHU de Montpellier, regroupe 14 établissements de 5 pays européens pour un budget total de 5 555 836 d’euros. 
La discopathie dégénérative, processus de détérioration progressive d’un disque intervertébral, se traduit par des douleurs chroniques et un retentissement fonctionnel majeur lié à la difficulté de rester debout sur une longue période ou de porter des charges.
70 millions d’Européens concernés
Cette pathologie invalidante affecte quelque 70 millions d’Européens et coûte plus de 100 milliards d’euros chaque année. Or, exceptés des médicaments pour soulager temporairement la douleur, aucun traitement efficace n’est actuellement disponible. Les cas chroniques bénéficient d’une intervention chirurgicale (discectomie) mais les résultats restent aléatoires et l’intervention peut conduire à des problèmes biomécaniques et à la dégénérescence accélérée des segments adjacents.
Une thérapie innovante par injection de cellules souches
Le projet RESPINE, porté par le Pr Christian Jorgensen, directeur de l’Institut de Médecine Régénérative et de Biothérapies (IRMB) du CHU de Montpellier propose de développer un traitement efficace de la discopathie vertébrale grâce à une thérapie régénérative par injection de cellules souches mésenchymateuses. Celles-ci ont déjà testées par Ecell France, infrastructure coordonnée par le Pr Jorgensen.
L’objectif de cette thérapie innovante est de réduire la douleur et/ou le handicap dans les 3 mois et pour une durée d’au moins 24 mois. Ce traitement simple serait efficace, non invasif et facile à mettre en œuvre par les cliniciens dans les hôpitaux.
Le projet RESPINE porte sur le développement d’une thérapie régénérative par injection de cellules souches.
Une enveloppe de 865 802 euros pour le CHU
Le CHU de Montpellier, financé à hauteur de 865 802 euros sur le budget du projet, coordonne l’essai clinique randomisé de phase 3 qui vise à évaluer l’intérêt thérapeutique et l’innocuité du produit sur un grand groupe patients. 30 d’entre eux sont suivis dans l’établissement.
Le projet RESPINE est le seul projet en santé coordonné par une équipe Française sélectionné le cadre des programmes européens Horizon 2020.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.