Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mots à maux : dépasser la souffrance psychique

Mots à maux : dépasser la souffrance psychique9 usagers de psychiatrie exposent leurs regards photographiques à la médiathèque de La Riche du 2 au 30 octobre 2010. Pendant un an, 9 patients, 1 photographe professionnel tourangeau, Marc Jauneaud, et 2 soignants ont élaboré et concrétisé le projet « Photofolies en Touraine ». L'exposition « Mots à maux » est le résultat de ce travail d'équipe. Soignés et soignants ont saisi leurs états d'âme, leurs visions poétiques de la vie. Ils ont accepté de se placer dans la ligne de mire et de sortir leur rôle. A l'issue de cette intervention, tous les participants ont manifesté le désir de poursuivre cette exploration des champs d'expression visuelle. Un plaisir qu'ils souhaitent partager avec le public.
9 usagers de psychiatrie exposent leurs regards photographiques à la médiathèque de La Riche du 2 au 30 octobre 2010. Pendant un an, 9 patients, 1 photographe professionnel tourangeau, Marc Jauneaud, et 2 soignants ont élaboré et concrétisé le projet « Photofolies en Touraine ». L’exposition « Mots à maux » est le résultat de ce travail d’équipe. Soignés et soignants ont saisi leurs états d’âme, leurs visions poétiques de la vie. Ils ont accepté de se placer dans la ligne de mire et de sortir leur rôle. A l’issue de cette intervention, tous les participants ont manifesté le désir de poursuivre cette exploration des champs d’expression visuelle. Un plaisir qu’ils souhaitent partager avec le public.

La prise de vue devient un moyen de s’ouvrir aux autres et d’aiguiser son regard. Cet apprentissage a favorisé des échanges avec d’autres photographes et amorcé une approche critique de l’art photographique.

1 année de partage avec la photographie
Photographe professionnel depuis 30 ans, il m’a semblé intéressant de faire passer mon expérience à d’autres, et en particulier à des personnes en difficulté psychique ou sociale. Le CATTP Louis Pergaud m’a permis de suivre 11 personnes dans l’approche de la photographie dans le but de monter une exposition commune. Au fur et à mesure de nos rencontres, j’ai pu percevoir un intérêt grandissant et une motivation débordante car chaque usager a pu se sentir plus à l’aise avec ses problématiques, s’ouvrir, partager, se confronter, et surtout exprimer, grâce à la création d’images «réfléchies» ses émotions d’une manière particulièrement forte.
J’ai eu le sentiment d’avoir un peu resocialisé, remis en confiance, et d’avoir pu apporter ma petite pierre à la transformation positive de personnes, qui du coup se sont sentis «comme les autres».
Accompagnement formidable de l’encadrement et réussite étonnante du travail photographique accompli.
Marc Jauneaud

L’association Louis Pergaud soutient les actions du Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP) Louis Pergaud du service de Psychiatrie A du CHRU de Tours.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.