Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mutilations Génitales Féminines : Rouen reste mobilisé

5 000 femmes ou fillettes excisées en Haute-Normandie font de cette région la plus touchée par les mutilations sexuelles après l'Ile-de-France. Pour rappeler les terribles séquelles physiques et psychologiques de ces pratiques, insister sur leur interdiction et expliquer le secours proposé aux femmes, une journée d'échanges Rouen-Bamako sur les mutilations génitales féminines est organisée au CHU de Rouen par l'association Femmes inter associations, le mercredi 14 octobre 2009.

5 000 femmes ou fillettes excisées en Haute-Normandie font de cette région la plus touchée par les mutilations sexuelles après l’Ile-de-France. Pour rappeler les terribles séquelles physiques et psychologiques de ces pratiques, insister sur leur interdiction et expliquer le secours proposé aux femmes, une journée d’échanges Rouen-Bamako sur les mutilations génitales féminines est organisée au CHU de Rouen par l’association Femmes inter associations, le mercredi 14 octobre 2009. Une visioconférence avec le Mali apportera un regard transversal et complémentaire sur ce problème.

Au CHU-Hôpitaux de Rouen, depuis le début de l’année 2009, une unité de prise en charge des femmes victimes de mutilations sexuelles a été mise en place par le Dr Resch et son équipe (sages-femmes, psychologue, sexothérapeute, médiatrice).

De son côté la DRASS a monté un colloque et des formations destinés à renforcer les connaissances des professionnels de santé sur cette douloureuse question.

Aujourd’hui, le combat continue par la prévention, les actions de terrain, le relais de l’information et la mobilisation de chacun…

Restons mobilisés autour des mutilations génitales féminines Amphithéâtre Flaubert 1 rue Germont à Rouen, mercredi 14 octobre 2009 de 9h à 18h.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.