Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes, CHU numérique, ouvre un entrepôt de données de santé

Les quantités croissantes de données de santé représentent de précieux gisements d'informations. Désormais disponibles, ces données cliniques vont pouvoir être exploitées par les chercheurs en vue d'améliorer les soins et traitements des patients. A Nantes, le CHU s’est doté d’un entrepôt de données de santé pour gérer 2,3 millions de dossiers patients, 16 millions de documents et plus de 50 millions de données. Un investissement de xxxx qui s'inscrit dans un projet commun aux Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest. Explications en 4 points...

Les quantités croissantes de données de santé représentent de précieux gisements d’informations. Désormais disponibles, ces données cliniques vont pouvoir être exploitées par les chercheurs en vue d’améliorer les soins et traitements des patients. A Nantes, le CHU s’est doté d’un entrepôt de données de santé pour gérer 2,3 millions de dossiers patients, 16 millions de documents et plus de 50 millions de données. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un projet commun aux Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest. Explications en 4 points…
Un entrepôt de données de santé: qu’est-ce que c’est ?
Un entrepôt de données de santé est un outil permettant de rassembler dans une seule  grande base, les données administratives, sociales et médicales des dossiers informatisés de patients pris en charge au CHU.
Il s’agit donc de données produites et collectées à l’occasion des soins et réutilisées à des fins de recherche. Les recherches réalisées utilisent a posteriori ces données recueillies et ne nécessitent donc aucune participation active du patient.
Un entrepôt de données de santé : à quoi ça sert ? 
Constituer un entrepôt de données de santé a pour objectif de faire progresser la médecine actuelle, pour l’amener vers une  médecine du futur qui, le cas échéant pourra s’appuyer sur des technologies innovantes d’intelligence artificielle: 
• Médecine prédictive et préventive, puisque les données vont permettre de mieux identifier les populations à risque pour cibler le déploiement des programmes de prévention. 
• Médecine personnalisée : L’entrepôt permet de mutualiser l’ensemble des données disponibles, pour évaluer chaque cas précis et prendre des décisions appropriées au patient. 
• Médecine participative : Certaines données de santé sont générées par les patients eux-mêmes, via des outils en ligne ou des objets connectés. L’implication des patients dans le suivi du traitement de leur pathologie est primordiale.

Les données de santé stockées dans cet entrepôt sont-elles en sécurité ?
 En conformité avec le règlement européen de protection des données personnelles (RGPD) mis en place en 2018, l’entrepôt de données de santé du CHU de Nantes a fait l’objet d’une analyse de risque minutieuse, en lien étroit avec la CNIL, qui a pu constater les garanties suivantes :
– Sécurité informatique : l’entrepôt de données est hébergé sur un serveur sécurisé du CHU de Nantes, aucun accès n’est possible de l’extérieur.
– Seule une équipe réduite et formée, localisée dans un service nommé «la Clinique des Données » a accès à tout l’entrepôt. Elle est le tiers de confiance entre les données des patients et les utilisateurs, et est garante d’une utilisation éthique et confidentielle des données.- Les utilisateurs chercheurs n’ont accès qu’aux données strictement nécessaires à leur recherche.
– Les données, si elles ont besoin d’être extraites de l’entrepôt, sont anonymisées.

Quelle transparence envers les patients, pour la ré-utilisation de leurs données ? 
Depuis avril 2018, chaque patient, lors de son admission au CHU de Nantes, est informé par la remise d’un  document de la possibilité d’utilisation de ses données à des fins de recherche; un contact lui permet d’exercer ses droits, notamment d’opposition. 
Les patients soignés au cours de ces dernières années au CHU de Nantes  qui souhaitent s’opposer à l’utilisation de leurs données en recherche doivent exprimer leur refus par mail à l’adresse suivante : vosdonneespersonnelles@chu-nantes.fr ; aucune justification n’est demandée et cela n’affectera en rien la prise en charge médicale ou le lien avec les soignants du CHU de Nantes.
Enfin, toutes les études réalisées à partir de l’entrepôt vont être publiées sur le site Internet du CHU de Nantes, dans la section recherche&innovations/entrepôt de données.
Le 19 juillet 2018, l’entrepôt du CHU de Nantes et l’ensemble de ses règles d’exploitation ont été officiellement autorisés  par la CNIL reconnaissant que les garanties mises en place par le CHU de Nantes en termes de sécurisation, traçabilité et transparence des données de santé étaient satisfaisantes. 
Composition de l’équipe de la clinique des données
5 Epidémiologistes/Datascientist et vacations d’épidémiologistes/biostatisticiens du CHU
1 informaticien/Datamanager en cours de recrutement
En soutien par la direction de la recherche : 1 chef de projet informatique et 1 médecin du CIC 1413 en support 
et par les services numériques territoriaux : une équipe de 4 personnes 

Sur le même sujet
Accès aux données cliniques pour faire avancer la recherche
Big Data en santé : labellisation du laboratoire rennais de données massives hospitalières
Lille s’engage pour une recherche d’excellence sur son territoire
L’IA, une chance pour la santé en Lorraine

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.