Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Non, le CHU de La Réunion n’est pas le plus endetté de France !

Tel est le démenti diffusé ce jeudi 10 août, via un communiqué de presse, par Lionel Calenge, Directeur général du CHU de La Réunion. Dans ce document, il est précisé que la dette cumulée du plus jeune des CHU de France s’élève à 242 M€ fin 2016, soit de 2,1 % du budget, et ce sans emprunts toxiques, ce qui place le CHU au 12ème rang des établissements pour son niveau d’endettement*. Les responsables expliquent aussi pourquoi le CHU emprunte, pour investir dans le progrès technique et le confort hôtelier afin de dispenser des soins de qualité aux patients.

Tel est le démenti diffusé ce jeudi 10 août, via un communiqué de presse, par Lionel Calenge, Directeur général du CHU de La Réunion. Dans ce document, il est précisé que la dette cumulée du plus jeune des CHU de France s’élève à 242 M€ fin 2016, soit de 2,1 %  de son budget, sans emprunts toxiques, ce qui place le CHU au 12ème rang des établissements pour son niveau d’endettement*. Les responsables expliquent aussi pourquoi le CHU emprunte, pour investir dans le progrès technique et le confort hôtelier afin de dispenser des soins de qualité aux patients. 
"Contrairement à l’information diffusée par Réunion 1ère, le CHU de La Réunion n’est pas le CHU le plus endetté de France. Comme tous les établissements de santé, le CHU de La Réunion investit pour moderniser son parc immobilier, améliorer les conditions d’accueil et de prise en charge des patients et surtout mettre à niveau son plateau technique biomédical pour répondre aux exigences d’outils d’exploration diagnostique et thérapeutiques modernes et performants.
Cet effort d’investissement permanent se traduit par la définition d’un plan pluriannuel d’investissement (PPI) dont le financement est assuré par l’autofinancement, l’accompagnement financier de l’Etat et le recours à l’emprunt.
Tous les établissements ont ainsi recours à l’emprunt, comme le font les ménages et les entreprises pour répondre à leur besoin de financement long, notamment pour les travaux immobiliers et les équipements. Ainsi, la dette globale cumulée des 32 CHU et CHR français s’établit pour 2016 à près de 11,5milliards d’€.
Le taux d’endettement du CHU devrait être significativement amélioré avec l’aide à l’investissement attendu dans le cadre du dossier COPERMO investissement pour l’opération «Bâtiment central» du CHU Sud. Dans le plan de retour à l’équilibre qui sera présenté en septembre au COPERMO Performance, les arbitrages retenus visent précisément à préserver les capacités d’autofinancement pour poursuivre la nécessaire amélioration de l’offre de soins du CHU à la population de La Réunion."
« La réduction du niveau d’investissement d’un établissement de santé ne peut être la variable d’ajustement de l’équilibre financier. » est-il souligné. 
*Données EPRD 2016 – Source Conférence Nationale des Directeurs Généraux de CHU

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.