Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Octobre rose à Lyon : la mobilisation s’intensifie !

Rien n'est encore gagné. Malgré le succès des nouveaux traitements, le nombre de cancers du sein ne diminue pas : 49 000 cas nouveaux cette année en France. Pour ne pas relâcher la vigilance, un collectif d'associations lyonnaises et leurs partenaires (institutions, entreprises, etc.) s'investit durant le mois d'octobre pour informer et sensibiliser notamment par la collecte de messages d'espoir transcrits sur tissu rose...

Rien n’est encore gagné ! Malgré le succès des nouveaux traitements,
le nombre de cancers du sein ne diminue pas : 49 000 cas nouveaux cette année en France. Pour ne pas relâcher la vigilance, un collectif d’associations lyonnaises et leurs partenaires (institutions, entreprises, etc.) s’investit durant le mois d’octobre pour informer et sensibiliser notamment par la collecte de messages d’espoir transcrits sur tissu rose…

Une conférence grand public le 7 octobre de 18h à 19h30, au grand réfectoire de l’Hôtel-Dieu : « Cancer du sein : Dire la vérité aux enfants…avec des mots gentils »
Conférence organisée par le réseau Concorde en partenariat avec Europa Donna et le 3C des HCL.
Depuis 10 ans, Nicole Landry-Dattée et Marie-France Delaigue-Cosset (Institut Gustave Roussy) co-animent des groupes de soutien aux enfants de parents malades. Au cours de ces années, elles ont reçu et écouté plus de 500 enfant saccompagnés de leur parents, soit plus de 280 familles…

Un événement national : « Le ruban de l’espoir » le 9 octobre, à l’Hôtel du Département du Rhône, rue de Bonnel, 69003 Lyon.
– 14h-18h : un forum thématique autour du cancer du sein et une exposition conçue et réalisée par Laurence Verrier, artiste plasticienne, autour de témoignages de femmes touchées par le cancer du sein.
– 18h -19h : lancement officiel du « ruban de l’espoir », événement national dont le départ est à Lyon et l’arrivée à Paris après 12 étapes dans toute la France. Les femmes atteintes d’un cancer du sein pourront, si elles le souhaitent, délivrer des messages sur un carré de tissu rose qui seront collectés et assemblés au cours des étapes.

Manifestations autour du dépistage organisé aux HCL (stands, animations, vidéo…)
– Le mardi 15 octobre, de 10h à 16h, dans le hall de l’hôpital Femme Mère Enfant, Aile A1, 59 Bd Pinel à Bron.
– Le mercredi 21 octobre, de 10h à 16h à l’hôpital de la Croix-Rousse.
Durant tout le mois d’octobre, une façade de l’hôpital de la Croix-Rousse sera illuminée… de rose.

Plus d’infos Kiosque Info Cancer au 04 78 60 03 12.

Les associations impliquées à Lyon Ademas 69, Cancer et psychologie, CIDFF (Centre d’information sur les droits de la femme et de la famille), Coordination Nationale Médicale, Santé et Environnement, Ensemble face au cancer, Être Là, Europa Donna Rhône-Alpes, Kiosque Info Cancer de Lyon, La Ligue contre le cancer du Rhône, le 3C des HCL.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.