Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ouverture de l’Unité Hospitalière Sécurisée interrégionale

L'UNITÉ HOSPITALIÈRE SÉCURISÉE INTERRÉGIONALE (UHSI) du CHU de Bordeaux a été inaugurée vendredi 5 mai 2006 en présence de M. CLEMENT, Garde des sceaux et Ministre de la justice.

L’UNITÉ HOSPITALIÈRE SÉCURISÉE INTERRÉGIONALE (UHSI) du CHU de Bordeaux a été inaugurée vendredi 5 mai 2006 en présence de M. CLEMENT, Garde des sceaux et Ministre de la justice.

L’UHSI du CHU est située sur le site du groupe hospitalier Pellegrin. Composante du service de médecine légale placée sous la responsabilité du Professeur Sophie GROMB, cette unité comprend 16 lits d’hospitalisation conventionnelle et a une compétence médico-chirurgicale.

Reposant sur une organisation multipartenariale associant des professionnels de santé du CHU agissant sous la responsabilité du docteur Alain MIRAS, des personnels de l’administration pénitentiaire ainsi que des agents de la police nationale, l’UHSI a vocation à accueillir des personnes détenues hommes et femmes, majeures ou mineures de plus de 13 ans et précisément :

– les personnes détenues incarcérées dans l’établissement pénitentiaire de proximité situé à Gradignan, nécessitant une hospitalisation, qu’elle soit urgente ou programmée et quelle qu’en soit la durée ;

– les personnes détenues incarcérées dans des établissements pénitentiaires des 3 régions susvisées relevant d’une hospitalisation programmée de plus de 48 heures ;

– les personnes détenues déjà hospitalisées dans un établissement de santé de l’une de ces trois régions et requérant des soins justifiant, après avis favorable du médecin responsable de l’UHSI, d’un transfert vers cette unité.

Le fonctionnement de l’UHSI du CHU est défini par une convention de partenariat signée le 28 avril 2006 par le Préfet de la région Aquitaine et Préfet de Gironde, le directeur général du CHU, le directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation d’Aquitaine ainsi que par le directeur régional des services pénitentiaires.

Le cadre législatif
L’article R.6112-26 de code de la santé publique dispose que l’hospitalisation des personnes détenues est assurée, pour toutes les pathologies hors les troubles mentaux requérant une prise en charge médicale ou chirurgicale de plus de 48 heures, dans des unités de soins adaptées dénommées « Unités hospitalières interrégionales sécurisées (UHSI) ».

L’arrêté interministériel du 24 août 2000 relatif à la création de ces unités définit la liste des établissements de santé publics ayant vocation à disposer en leur sein d’une UHSI ; parmi ceux-ci figure le CHU de Bordeaux ainsi chargé d’accueillir et d’assurer les soins aux personnes détenues des régions d’Aquitaine, de Poitou-Charentes et du Limousin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.