Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pandémie grippale, le CHU se prépare

En situation de pandémie grippale, le CHU de Clermont-Ferrand devra accueillir un très grand nombre de patients contagieux qu'il faudra « isoler » pour éviter la transmission du virus de la grippe aviaire potentiellement contagieux. Les personnes les moins gravement atteintes resteront à domicile, les autres seront traitées dans l'établissement… Le CHU se prépare à affronter le H5N1 contre lequel l'immunité de la population est faible ou nulle.

En situation de pandémie grippale, le CHU de Clermont-Ferrand devra accueillir un très grand nombre de patients contagieux qu’il faudra « isoler » pour éviter la transmission du virus de la grippe aviaire potentiellement contagieux. Les personnes les moins gravement atteintes resteront à domicile, les autres seront traitées dans l’établissement… Le CHU se prépare à affronter le H5N1 contre lequel l’immunité de la population est faible ou nulle.

Le Samu/Centre 15 : au coeur du dispositif d’organisation pré-hospitalière
Ces services seront renforcés par la mise en place d’une cellule d’expertise et d’appui avec infectiologue et pédiatre. Des véhicules seront dédiés au transport des patients atteints de grippe aviaire. La protection systématique des personnels et la désinfection des véhicules font l’objet de procédures. Des kits de protection pour le personnel et les patients sont déjà constitués. Le maintien à domicile des personnes dont la sévérité de la maladie ne nécessite pas l’hospitalisation doit être la règle.

L’organisation du CHU sera calquée sur l’annexe biologique du plan blanc avec un plan de circulation spécifique, l’isolement des bâtiments, l’activation d’une cellule de coordination qui gère le maintien en état de fonctionnement des secteurs vitaux de l’hôpital et un PC opérationnel qui prend la forme d’une cellule d’aide à la décision.

Un stock de 400 000 masques de protection du personnel FFP2 a été constitué et des kits de prélèvements pour le diagnostic virologique sont disponibles pour les services de soins. Le stockage des médicaments antiviraux et de vaccins se fera en fonction des instructions ministérielles.

L’arrivée spontanée de patients aux Urgences sera régulée au niveau d’une zone de tri en amont du service des Urgences. Les patients grippés ou suspects seront orientés dès la zone de tri vers des secteurs dédiés.

L’hôpital lui-même sera sectorisé en zones à forte ou faible densité virale. Certaines activités seront déprogrammées afin de pallier l’absence de personnels liée à la maladie – jusqu’à 30% dans les prévisions – et à renforcer les secteurs confrontés à un surcroît d’activité. Les schémas de sectorisation sont élaborés par la Commission d’Organisation de la Permanence des Soins.

Conformément aux dispositions du plan blanc*, l’absence de personnels médicaux et paramédicaux pourra être comblée par le rappel de personnels en congés ou en formation, la réorganisation des conditions de travail, la mobilisation du corps de réserve sanitaire (personnels retraités récents, écoles paramédicales, étudiants en médecine…)

Actuellement le CHU veille à développer la formation et l’information sur la grippe aviaire, à préparer le personnel aux mesures de protection : port de masques, isolement… et à diffuser des documents spécifiques émis par la DRASS et le SAMU.

*Les plans blancs, élaborés par les établissements de santé pour un accueil de victimes en nombre massif, ont aussi pour but de faire face aux conséquences d’un accident nucléaire, radiologique, biologique ou chimique. Tous les établissements de santé peuvent être concernés et doivent se préparer. Source : Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins.

Extraits de l’article de Pierre Pareaud, Directeur Clientèle, risques et affaires juridiques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”