Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pharmacie hospitalière: le CHU Grenoble Alpes pionnier en France

En s’équipant d’un nouveau robot de dispensation, le CHU Grenoble Alpes poursuit en précurseur son optimisation du circuit des médicaments. Retour sur un investissement pour lequel les préparateurs en pharmacie, les magasiniers et leur encadrement, les internes et les pharmaciens se sont mobilisés.

En s’équipant d’un nouveau robot de dispensation, le CHU Grenoble Alpes poursuit en précurseur son optimisation du circuit des médicaments. Retour sur un investissement pour lequel les préparateurs en pharmacie, les magasiniers et leur encadrement, les internes et les pharmaciens se sont mobilisés.
«Nous pouvons nous en réjouir, au nom de notre établissement, et surtout, pour l’ensemble de nos patients qui en sont les premiers bénéficiaires, s’est félicitée Monique Sorrentino, directrice générale du CHUGA. Cette inauguration représente à nos yeux un nouveau signe fort que nous souhaitons adresser à tous nos usagers mais aussi à nos  professionnels et à l’ensemble de nos partenaires universitaires, institutionnels et économiques: celui de construire un CHU plus moderne, plus attractif, plus performant et plaçant l’innovation au cœur de son action et de ses trois missions, de soin, de recherche et de formation.»

Un pionnier dans la gestion de la pharmacie hospitalière

De fait, depuis sa création au début du XXe siècle, la pharmacie hospitalière du CHU Grenoble Alpes a joué un véritable rôle de pionnier en France. 
En 1979, la première centrale d’approvisionnement en matériel stérile et pansements de France a été inaugurée à Grenoble. Vingt-six ans plus tard, en 2005, le CHUGA devient le premier hôpital de France à automatiser la délivrance de médicaments, intégrant ainsi la sécurisation du stockage dans l’unité de soins et la présence pharmaceutique au plus près des patients. Deux dates historiques qui ont fait du CHU un précurseur sur le plan national. La progression se poursuit aujourd’hui avec ce nouveau robot de dispensation de médicaments à la pointe des dernières innovations technologiques.
«Je veux saluer le travail quotidien du Pr Bedouch, des Docteurs Brudieu et Gibert et de toutes leurs équipes. Plus largement, je veux souligner devant vous la qualité de l’ensemble des professionnels de la pharmacie, un pôle qui comme je l’ai évoqué joue un rôle essentiel dans le quotidien de notre CHU et dont le travail de terrain au plus près des services a été salué très récemment par les experts-visiteurs de la Haute Autorité de Santé», a tenu à rappeler Mme Sorrentino.

Accompagner les missions essentielles de la pharmacie hospitalières

Ces innovations successives sont déterminantes pour accompagner et optimiser les missions de la pharmacie hospitalière. A savoir:
– gérer les approvisionnements, délivrer, dispenser et contrôler les préparations, médicaments et dispositifs médicaux stériles 
– délivrer et dispenser les dispositifs médicaux implantables notamment les stents et les prothèses ;
– stériliser des dispositifs médicaux réutilisables, 
– réaliser des préparations magistrales comme les gélules, les pommades, les chimiothérapies anticancéreuses ou encore les médicaments radiopharmaceutiques,
– réaliser des activités de pharmacie clinique en unités de soins comme la conciliation médicamenteuse, l’observation pharmaceutique ou encore l’éducation thérapeutique.
Concernant cette dernière mission, il est important de préciser que le développement de la pharmacie clinique implique un rôle accru du pharmacien dans la prise en charge du patient. Il travaille à l’amélioration des choix thérapeutiques au sein de l’équipe médicale afin d’optimiser le traitement et d’éviter les effets secondaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.