Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pose de la 1ère pierre de l’IHU LIRYC, haut lieu de la recherche et des soins en troubles du rythme cardiaque

Lauréat du programme Investissements d’Avenir, LIRYC,- l’Institut de RYthmologie et de modélisation Cardiaque dirigé par le Professeur Michel Haïssaguerre et porté conjointement par l’Université et le CHU de Bordeaux - entre dans sa phase construction avec la pose de la 1ère pierre, lundi 10 février 2014. La livraison de ce bâtiment de 5 800 m² qui s'élèvera sur 4 niveaux est prévue pour mars 2015. Un projet immobilier de 21,6 millions d'euros.

Lauréat du programme Investissements d’Avenir, LIRYC,- l’Institut de RYthmologie et de modélisation Cardiaque dirigé par le Professeur Michel Haïssaguerre et porté conjointement par l’Université et le CHU de Bordeaux – entre dans sa phase construction avec la pose de la 1ère pierre, lundi 10 février 2014. La livraison de ce bâtiment de 5 800 m² qui s’élèvera sur 4 niveaux est prévue pour mars 2015. Un projet immobilier de 21,6 millions d’euros.
La manifestation s’est déroulée en présence de Thierry Francq, commissaire général adjoint à l’investissement, Michel Delpuech, Préfet de la région Aquitaine, Alain Juppé, Président du Conseil de surveillance du CHU de Bordeaux, Philippe Vigouroux, Directeur général du CHU de Bordeaux, Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine et du Pr Manuel Tunon de Lara, Président de l’Université de Bordeaux.
LIRYC se définit comme un centre multidisciplinaire de recherche, de pratique clinique, de formation et de valorisation dédié à la compréhension des pathologies cardiaques électriques. En cause dans de nombreuses maladies cardiovasculaires et de morts subites, les dysfonctions électriques du cœur sont responsables de façon directe ou indirecte de près du tiers des décès dans le monde. Pour lutter contre ces troubles, LIRYC s’appuie sur une recherche « translationnelle », multidisciplinaire et partenariale.  LIRYC regroupera les  compétences médicales et scientifiques de rang international en cardiologie, imagerie médicale, analyses d’image et modélisation. Sur cette base unique en Europe, cliniciens, chercheurs et industriels vont travailler en étroite collaboration pour mieux comprendre les troubles électriques du cœur et développer des technologies innovantes permettant un diagnostic plus précis, et un traitement ciblé, personnalisé et durable.
L’IHU LIRYC est dirigé par Michel Haïssaguerre, chef du service de cardiologie-électrophysiologie et stimulation cardiaque du CHU de Bordeaux, professeur de cardiologie à l’université de Bordeaux, directeur de recherche Inserm. Depuis 15 ans, les travaux du Pr Michel Haïssaguerre et son équipe sont à l’origine d’avancées majeures sur les fibrillations auriculaires et ventriculaires ; innovations qui fondent aujourd’hui les bases de l’IHU.

« En développant et commercialisant de nouvelles technologies pour le diagnostic et la thérapie, les soins et la qualité de vie des patients seront améliorés. Les avancées mises au point par Liryc renforceront la compétitivité internationale de la France sur le plan scientifique et leur industrialisation seront un plus pour l’attractivité de Bordeaux avec à la clé la création d’emplois.  s’enthousiasme Pr Michel Haïssaguerre. Les chercheurs conduiront des études sur la cellule isolée, le tissu, les cartographies optiques/IRM et simulations informatiques. Ces travaux se poursuivront par des applications en recherche clinique. Grâce à ces synergies, nous saurons mieux comprendre et mieux traiter les troubles du rythme cardiaque dans les 10 ans qui viennent. L’institut qui remplit aussi une mission enseignement contribuera à une meilleure formation des personnels médicaux et para médicaux. »

Dès 2013, LIRYC a accueilli pour des durées de deux à six mois par an, les Professeurs Igor Efimov (Washington University, USA), avec une expertise unique en cartographie du cœur humain et en défibrillation, et Ed White (University of Leeds, UK), spécialiste du couplage excitation-contraction et de l’insuffisance cardiaque. Plusieurs autres chercheurs étrangers (USA, Pays-Bas, Australie) ont récemment exprimé leur volonté d’intégrer LIRYC en tant que chercheurs invités. Ces personnalités de grand renom vont développer des équipes au sein de LIRYC et des partenaires durables de très grande qualité.
LYRIC, un outil immobilier parfaitement adapté aux évolutions des recherches menées dans l’Institut
Sur un site arboré, l’Institut regroupe sur une même plateforme l’ensemble des laboratoires, des équipements d’imagerie et des équipes de modélisation.
Les bâtiments sont scindés en 3 entités distinctes afin de répondre au mieux à la notion d’évolutivité indispensable aux équipes de recherche :
. Une entité accueil, enseignement, administration se développant sur 2 niveaux
. Une entité strictement tertiaire pour les chercheurs se développant sur 4 niveaux
. Une entité technique composée de l’animalerie, l’imagerie et les laboratoires se développant sur 2 niveaux avec un ensemble de locaux techniques surdimensionnés de manière à envisager tout type d’usage.
Les bâtiments sont séparés par de larges patios ouverts et agrémentés d’arbres ; l’alternance entre le bâti et le végétal apporte une respiration dans ces espaces propices au travail et à la réflexion.
La recherche de LIRYC se déroulera sur le site de Xavier-Arnozan, Groupe hospitalier Sud, en interface avec le pôle cardio-thoracique du CHU de Bordeaux situé sur l’hôpital du Haut-Lévêque pour ses activités de soins et de recherche clinique.  L’IHU bénéficiera de locaux dédiés et d’un lien étroit avec la Plateforme Technologique d’Innovation Biomédicale (PTIB).  Pour relier le bâtiment existant PTIB et le futur IHU, le cabinet Dacbert architecte a retenu la convivialité d’une cafétéria et d’un salon afin de favoriser les échanges et la communication entre les équipes de recherche.
Des partenaires institutionnels et industriels
Les partenaires institutionnels de LIRYC (Université de Bordeaux – Fondation Bordeaux Université, CHU de Bordeaux, Inria, CNRS et Inserm) investissent chaque année personnels et moyens pour maximiser le succès du programme. De nombreux partenaires industriels (dont Sorin, Medtronic, Siemens, St Jude Medical, Biosense Webster, Boston Scientific, Bard, Guerbet, Image Guided Therapy, CardioInsight et Lemer Pax) contribuent financièrement et collaborent au programme de l’IHU et au développement de technologies.
Le projet d’IHU est financé par
l’Agence Nationale de la Recherche à hauteur de 45 M€, constituée de 17 034 922 € de dotation consomptible pour financer le projet immobilier (11.6 M€) et l’équipement scientifique, des intérêts générés par le placement d’une dotation non consomptible de 88 886 307 € dont le montant prévisionnel s’élève à 27 965 078 € pour le fonctionnement. A cette dotation s’ajoute le soutien du Conseil Régional d’Aquitaine à hauteur de 15 M€ dont 10 M€ pour le projet immobilier et 5 M€ pour l’équipement scientifique
LIRYC bénéficiera également du support financier des partenaires industriels sous forme de collaborations, de création de Chaires, de prestations et de mécénat qui totalisent plusieurs millions d’euros.
Télécharger le dossier de presse
L’Institut de RYthmologie et de modélisation Cardiaque (LIRYC) est l’un des 6 IHU retenus à l’échelle nationale (3 à Paris, 1 à Strasbourg, 1 à Marseille et 1 à Bordeaux).
https://www.chu-media.info/les-articles/article/article/les-5-ou-6-instituts-hospitalo-universitaires-retenus-les-chu-se-rejouissent-de-la-nouvelle-impul/

Articles publiés sur le Pr Michel Haïssaguerre
https://www.chu-media.info/les-articles/article/article/le-professeur-michel-haissaguerre-elu-a-lacademie-des-sciences/
https://www.chu-media.info/les-articles/article/article/la-mort-subite-nest-pas-une-fatalite-on-peut-leviter/

 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.