Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Personnes malentendantes : un implant de nouvelle génération et une première nationale

Le 12 juin 2012, le Professeur Sébastien Schmerber et son équipe ont procédé à la pose de 3 implants à conduction osseuse. Cette nouvelle technologie permet aux malentendants d’entendre une gamme complète de sons avec plus de fiabilité. Cette intervention convient aux personnes atteints d’une surdité mixte ou de transmission ou d’une surdité unilatérale due notamment à des malformations de l’oreille externe ou à des troubles de l’oreille moyenne.

Le 12 juin 2012, le Professeur Sébastien Schmerber et son équipe ont procédé à la pose de 3 implants à conduction osseuse. Cette nouvelle technologie permet aux malentendants d’entendre une gamme complète de sons avec plus de fiabilité. Cette intervention convient aux personnes atteints d’une surdité mixte ou de transmission ou d’une surdité unilatérale due notamment à des malformations de l’oreille externe ou à des troubles de l’oreille moyenne. 

L’implant est constitué de deux composants : un implant sous la peau derrière l’oreille et un audio processeur qui reçoit les ondes sonores. Les signaux sonores traversent la peau et sont transmis activement par l’implant à l’os et à l’oreille interne.
L’implant, qui incorpore un transducteur électromagnétique, une bobine et un aimant, est logé dans une enveloppe de silicone et est compatible avec les IRM jusqu’à 1,5 Tesla. Des images CT haute résolution ou IRM préopératoires aident le chirurgien à choisir la position idéale pour l’implant. Pendant l’opération, le chirurgien peut facilement adapter l’implant à la structure osseuse derrière l’oreille.
L’audio processeur est conforme aux normes les plus récentes en matière de technologie de traitement du signal et offre des technologies sophistiquées d’amélioration de la qualité auditive. Elles incluent un microphone directionnel, une réduction du bruit du vent, un lissage du son, ainsi qu’un programme de gestion du son et de la parole qui réduit les bruits de fond gênants en faveur de la parole.
Cette nouvelle technologie vient en aide aux personnes qui souffrent d’une déficience auditive de la transmission du son et qui ne peuvent pas être traitées à l’aide d’appareils auditifs conventionnels. Simple d’utilisation, ne nécessitant qu’une chirurgie mini invasive, elle permet d’améliorer considérablement la qualité de vie des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”