Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Première thyroïdectomie par voie transaxillaire à Nancy

La chirurgie thyroïdienne à l'aide d'un robot Da Vinci est appelée à se développer, en témoigne le Pr Laurent Brunaud qui a dirigé la première thyroïdectomie avec assistance robotique réalisée par voie transaxillaire dans le service du Pr Laurent Bresler, chirurgie digestive et générale au CHU de Nancy. Effets post-opératoires : pas de cicatrice cervicale et des suites simples.

La chirurgie thyroïdienne à l’aide d’un robot Da Vinci est appelée à se développer, en témoigne le Pr Laurent Brunaud qui a dirigé la première thyroïdectomie avec assistance robotique réalisée par voie transaxillaire dans le service du Pr Laurent Bresler, chirurgie digestive et générale au CHU de Nancy. Effets post-opératoires : pas de cicatrice cervicale et des suites simples.

Si en France, l’expérience de l’ablation partielle ou totale de la thyroïde reste balbutiante (une autre opération a eu lieu en octobre 2009 à Nîmes) cette technique est en revanche largement pratiquée en Asie et en particulier en Corée où près de 400 interventions de ce type ont déjà été réalisées à Séoul.

La patiente de Nancy constituait un « bon cas » pour le chirurgien Laurent Brunaud. Si la voie d’entrée s’est faite par le creux axillaire droit, l’abord du lobe contro-latéral a été plus compliqué. L’intervention a duré entre 3 et 4 heures (plus long que pour l’intervention standard) mais cela devrait se réduire avec l’expérience. C’est la qualité de dissection que permet le robot qui impressionne le chirurgien « La faisabilité est frappante et l’on voit extrêmement bien le nerf récurrent, qui apparaît gros comme un crayon, ainsi que les parathyroïdes. »

Hormis les aspects esthétiques, les objectifs à terme de cette pratique avec robot sont de réduire les complications récurrentielles et parathyroïdiennes. Si les interventions déjà évaluées à l’étranger montrent que, par rapport à la chirurgie ouverte, il a un peu plus d’hypocalcémies temporaires (baisse du taux de calcium dans le sang)et autant d’hypoparathyroïdies définitives (insuffisance de sécrétion d’hormones), la preuve d’une égalité ou d’une supériorité de cette méthode avec robot n’est, pour le moment, pas encore formellement établie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.