Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un enfant après un cancer : l’expertise bisontine confortée par la recherche

L'espérance de vie des patientes présentant une pathologie cancéreuse a considérablement augmenté au cours des dernières décennies. Le traitement de la maladie initiale est efficace, mais il altère la fertilité des patientes et peut conduire à la stérilité. A titre préventif, le tissu ovarien peut être prélevé, congelé et stocké dans l’azote liquide à -196°C ; puis réimplanté chez la patiente qui, une fois guérie, émet le souhait d’une grossesse. Cette technique a déjà permis l’obtention de plusieurs naissances. La première naissance en France a été obtenue au CHRU de Besançon, en 2009,

L’espérance de vie des patientes présentant une pathologie cancéreuse a considérablement augmenté au cours des dernières décennies. Le traitement de la maladie initiale est efficace, mais il altère la fertilité des patientes et peut conduire à la stérilité. A titre préventif, le tissu ovarien peut être prélevé, congelé et stocké dans l’azote liquide à -196°C ; puis réimplanté chez la patiente qui, une fois guérie, émet le souhait d’une grossesse. Cette technique de congélation du tissu ovarien puis d’autogreffe a déjà permis l’obtention de plusieurs naissances (25 publiées dans la littérature scientifique internationale à ce jour). La première naissance en France a été obtenue au CHRU de Besançon, en 2009, en collaboration avec le CHU de Limoges.
Depuis, quatre autres bébés sont nés en France grâce à ce processus. Dans certaines pathologies cancéreuses, l’autogreffe présente cependant un risque de réintroduction dans l’organisme de la patiente, par le biais du greffon, de cellules malignes ayant pu coloniser le tissu avant son prélèvement et sa conservation.
Dès 2009, le groupe de recherche en reproduction de l’unité Inserm UMR 1098 (Besançon) a développé des techniques de détection de la maladie résiduelle en adaptant à l’ovaire des techniques de cytométrie en flux multicouleurs et de biologie moléculaire. Ces techniques ont été mises au point pour les leucémies aiguës lymphoblastiques puis pour les leucémies aiguës myéloïdes, en collaboration avec le laboratoire d’immunologie de l’EFS Bourgogne – Franche-Comté et la plateforme de biomonitoring intégrée au centre d’investigation clinique CIC1431 du CHRU de Besançon.
La technique de détection par cytométrie en flux, ainsi validée pour le tissu ovarien, est extrêmement sensible, puisqu’elle permet de repérer 1 cellule cancéreuse parmi 100 000 cellules ovariennes et de distinguer les cellules leucémiques vivantes des cellules leucémiques mortes.
L’équipe bisontine propose la détection des cellules cancéreuses dans le tissu ovarien en cas de leucémie aiguë. Le résultat de cette analyse constitue un élément contributif essentiel à l’évaluation de l’innocuité de la greffe.
Ces travaux sont réalisés dans le cadre du protocole de recherche multicentrique DATOR (Développement de l’Autogreffe du Tissu Ovarien dans le but de Restaurer la fonction ovarienne) : projet financé par le GIRCI Est* au titre de l’appel à projets « jeunes chercheurs » 2012, piloté par le CHRU de Besançon, et dont l’investigateur principal est le Docteur Clotilde Amiot. L’objectif principal de ce protocole est de permettre la réalisation des greffes de tissu ovarien dans les 14 CHU participant en France.  
*Groupement interrégional de recherche clinique et d’innovation Est.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.