Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prise en charge des cancers au CHU de Nancy : 150 spécialistes pour une fédération

150 spécialistes représentants 22 services de soins sont impliqués dans la prise en charge des cancers au CHU de Nancy permettant à l’établissement hospitalo-universitaire lorrain de suivre près de 5 000 patients (chiffres 2011). La 2e Journée de Cancérologie organisée par la Fédération de Cancérologie du CHU a été l’occasion de présenter l’offre de soins de l’établissement lorrain au grand public et aux professionnels de santé. C’est également dans cette logique d’information que le CHU de Nancy s’associe à Octobre Rose 2012, la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein, à travers des conférences et la participation à un Village Santé le 6 octobre, aux côtés des associations et des autres acteurs locaux de santé publique.

150 spécialistes représentants 22 services de soins sont impliqués dans la prise en charge des cancers au CHU de Nancy permettant à l’établissement hospitalo-universitaire lorrain de  suivre près de 5 000 patients (chiffres 2011). La 2e Journée de Cancérologie organisée par la Fédération de Cancérologie du CHU a été l’occasion de présenter l’offre de soins de l’établissement lorrain au grand public et aux professionnels de santé. C’est également dans cette logique d’information que le CHU de Nancy s’associe à Octobre Rose 2012, la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein, à travers des conférences et la participation à un Village Santé le 6 octobre, aux côtés des associations et des autres acteurs locaux de santé publique.
Les pathologies les plus fréquemment traitées par le CHU de Nancy sont par ordre décroissant de cas : l’hématologie (adultes et enfants), l’appareil digestif, l’appareil respiratoire, les glandes endocrines, le système nerveux central, les voies aéro-digestives supérieures, le système urinaire, la peau et ses annexes.
La prise en charge médicale des patients est indissociable du travail des praticiens des plates-formes d’imagerie, de biologie et d’oncogénétique, de l’équipe des infirmières d’annonce, de l’équipe mobile de soins de support, des assistants sociaux, des psychologues et de l’équipe de la recherche clinique en cancérologie (attachés, ingénieurs et techniciens). Une dynamique transversale solidement ancrée dans les pratiques professionnelles qui se retrouvent au niveau des 17 Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) gérées par le CHU de Nancy.
Lieux d’échanges entre tous les spécialistes impliqués dans le traitement du cancer : cancérologues, spécialistes d’organes, chirurgiens, radiologues, anatomopathologistes, radiothérapeutes, médecin traitant s’il le souhaite, ces réunions garantissent au malade la meilleure décision médicale et une égalité d’accès aux meilleurs traitements. En 2011, 396 réunions ont eu lieu au CHU de Nancy, représentant 7 635 dossiers de patients. La majorité de ces RCP a une dimension de recours ; les 4 réunions concernant la pédiatrie revêtent une dimension interrégionale (en lien avec Reims, Strasbourg, Dijon et Besançon).

Les patients suivis au CHU de Nancy ont également accès à des plateaux techniques dotés de 5 scanners et 4 IRM, de 2 tomographes à émission de positons (PET Scan) permettant l’exploration dynamique des tumeurs. La détection de façon plus spécifique et précoce des cancers ou des rechutes de cancer ainsi que la rapidité de la réponse aux traitements, permettent une augmentation substantielle des chances de survie dans un certain nombre de cancers.
Afin d’assurer la qualité de la conservation des prélèvements effectués nécessaires aux diagnostics, une Tumorothèque a été créée par les services d’Anatomie Pathologique du CHU de Nancy, en collaboration avec le Centre Alexis Vautrin. Un Centre de Ressources Biologiques travaille également au CHU sous l’égide de l’INSERM.
Les services d’Hépato-Gastro-Entérologie, de Pneumologie et d’Urologie disposent de plateaux techniques complets permettant d’assurer des endoscopies diagnostiques mais également interventionnelles.
Ainsi, le CHU de Nancy est centre référent régional pour le diagnostic du cancer bronchique grâce à la technique de la vidéo – écho-endoscopique bronchique avec ponction  transbronchique. Moins invasive, plus efficace, cette technique permet d’effectuer une ponction sous contrôle de la vue et en temps réel des ganglions du médiastin jusque-là difficilement, voire non accessibles, par d’autres techniques, afin d’établir un meilleur diagnostic en matière de cancer bronchique.
Enfin, le robot chirurgical du CHU permet des interventions limitant au maximum les conséquences propres à la chirurgie conventionnelle et standardise les protocoles pour une sécurité des soins accrue.

L’accueil et l’information du patient et des familles constituent la clef de voûte de la politique qualité du CHU de Nancy : plus de 6 000 patients ont été inclus dans le dispositif « Annonce et Accompagnement » et 4 000 consultations infirmières ont été associées à ce dispositif. Après une annonce diagnostique de cancer, le patient peut rencontrer un(e) infirmier(e) qui est à son écoute et répond à ses questions. De l’annonce à la coordination, l’infirmier référent coordinateur accompagne le patient tout au long de la maladie dans le cadre d’un parcours de soins personnalisé. Une mission d’information qui va de paire avec l’intervention des associations de patients dans ce parcours, tant en terme de prévention que de soutien pendant et après la maladie.

La recherche clinique, épidémiologique et biologique
En 2011, plus de 130 essais et projets de recherche ont été ouverts incluant plus de 700 patients. Cette recherche s’appuie sur un important plateau technique : Tumorothèque, Centre de Ressources Biologiques, laboratoire de Génétique, laboratoires d’Anatomopathologie, Centres d’Investigation Clinique, plateforme d’imagerie.

Constituée de l’ensemble des services cliniques, biologiques, histo-pathologiques et d’imagerie qui prennent en charge les patients atteints d’un cancer au CHU de Nancy, la Fédération de Cancérologie joue un rôle important dans le réseau lorrain d’oncologie (ONCOLOR) et au sein du Pôle Régional de Cancérologie (PRC) créé avec le Centre Alexis Vautrin. Ce développement commun de l’oncologie à travers le PRC repose sur la concertation, la coopération et la mise à disposition réciproque de compétences et de moyens diagnostiques et thérapeutiques. Un engagement solide pour l’excellence en cancérologie en Lorraine.
Le CHU de Nancy est aussi le siège du Centre de Coordination en Cancérologie (3C) CHU-public qui regroupe le CHR de Metz Thionville, le CH de Briey, le CH de Toul, le Centre chirurgical Emile Gallé, la Maternité Régionale Universitaire de Nancy, l’Hôpital d’Instruction des Armées Legouest et le CH de Sarreguemines. Objectif : s’assurer que les critères transversaux de qualité opposables à ces établissements de santé en matière de cancérologie sont mis en place et que le patient y a accès.
Le CHU est également responsable du réseau interrégional d’oncologie pédiatrique qui assure une filière de soin entre les CHU de Besançon, Dijon, Reims, Strasbourg et Nancy sous l’égide de l’Institut National du Cancer. Ce travail en réseau et ces coopérations durables visent à garantir à l’ensemble des patients concernés une prise en charge de qualité.

En savoir + sur Octobre Rose en Lorraine : www.malorraineenrose.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”