Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prothèses articulaires : l’AP-HP retire les prothèses incriminées malgré leur marquage CE

Un rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) publié le 2 mai 2013 pointe des irrégularités réglementaires importantes liées à la mise sur le marché et l’utilisation de certaines prothèses de hanche de la société CERAVER non certifiées CE. Selon l'Agence, les implantations ont été faites dans une soixantaine d’établissements hospitaliers en France dont certains appartenant à l’AP-HP.

Un rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) publié le 2 mai 2013 pointe des irrégularités réglementaires importantes liées à la mise sur le marché et l’utilisation de certaines prothèses de hanche de la société CERAVER non certifiées CE.  Selon l’Agence, les implantations ont été faites dans une soixantaine d’établissements hospitaliers en France dont certains appartenant à l’AP-HP. 
Dans un communiqué publié le même jour, l’AP-HP rappelle que l’achat de prothèses fait l’objet de procédures rigoureuses. Les chirurgiens de l’AP-HP n’utilisent que des prothèses avec marquage CE notifié. Le matériel en question n’ayant pas changé de référence, il n’y avait donc pour l’AP-HP aucune raison de s’interroger sur la nécessité d’un nouveau marquage CE.
Néanmoins, au regard du rapport de l’ANSM, l’AP-HP a décidé de retirer immédiatement les produits incriminés. Dans le cadre de ses marchés, l’AP-HP dispose d’autres produits permettant d’assurer la continuité de la prise en charge de ses patients.
En ce qui concerne les constats réalisés par l’ANSM à l’hôpital Ambroise Paré, l’AP-HP indique que les prothèses implantées étaient également marquées CE. Une enquête interne a été immédiatement diligentée par Mireille Faugère, directrice générale de l’AP-HP et le Professeur Loïc Capron, président de la Commission médicale d’établissement, pour répondre aux questions posées par l’ANSM.
Enfin l’AP-HP rappelle que ses chirurgiens sont en contact régulier avec leurs patients pour un suivi médical renforcé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.