Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quel CHU demain ? Un programme de travail en 3 axes

A mi-chemin entre les Assises nationales hospitalo-universitaires de décembre 2016 et celles qui se dérouleront à Poitiers en décembre 2018 au cours desquelles les CHU célébreront leur soixantième anniversaire, la communauté hospitalo-universitaire s’est retrouvée en séminaire à Nancy, les 16 et 17 novembre 2017. La présence de la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, en lien avec la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Madame Agnès Buzyn, a officialisé le soutien des deux ministères.
A mi-chemin entre les Assises nationales hospitalo-universitaires de décembre 2016 et celles qui se dérouleront à Poitiers en décembre 2018 au cours desquelles les CHU célébreront leur soixantième anniversaire, la communauté hospitalo-universitaire s’est retrouvée en séminaire à Nancy, les 16 et 17 novembre 2017. La présence de la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, en lien avec la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Madame Agnès Buzyn, a officialisé le soutien des deux ministères.
Pour ce point d’étape, les conférences des directeurs généraux de CHU, des présidents des commissions médicales d’établissement de CHU, des doyens des facultés de médecine ont pour la première fois associé la Conférence des présidents d’université et les doyens de pharmacie et d’odontologie à leurs réflexions. A l’issue de ces journées, trois axes de travail ont été retenus, le CHU animateur territorial, le label CHU et le parcours des professionnels hospitalo-universitaires.
Inscrite dans l’actualité, cette rencontre survient moins d’une semaine après le lancement de la mission sur "le CHU de demain" par Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé et Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation auprès des 6 conférences.
Cette rencontre visait à "réaliser un état des lieux sur la triple mission soins, enseignement, recherche et porter une ambition partagée pour adapter le modèle CHU à son écosystème, préparer l’avenir et répondre aux défis du territoire et aux enjeux majeurs de la recherche et de l’innovation" est-il précisé dans le communiqué diffusé ce jour.
Lors des Assises Hospitalo-universitaires qui se sont déroulées en décembre 2016 à Toulouse, les CHU avaient définit en 17 propositions les grands axes d’une stratégie de performance pour les 32 centres hospitaliers universitaires. A Nancy un premier point sur l’avancée des travaux a été dressé et un calendrier de travail jusqu’au grand rendez-vous de décembre 2018 a été arrêté autour de trois Axes.

1. Le CHU, animateur territorial

Les CHU doivent être les animateurs de leurs territoires, unir leurs forces et travailler en réseau. Pour les responsables hospitalo-universitaires « il faudra encore plus développer, voire construire les liens multiples avec des partenaires issus d’horizons très différents dans leurs territoires : GHT, université, établissements de santé publics et privés, monde libéral. Il faudra aussi proposer une animation tant pour les parcours de soins que pour les formations et la recherche, et être moteur pour les programmes de prévention.
Les stratégies d’association doivent reposer sur les principes de complémentarité de l’offre de soins, d’enseignement et de recherche. Le partenariat naturel du CHU avec l’Université doit avoir comme objectifs la recherche de l’excellence et le renforcement de stratégie communes.
Pour les formations, l’heure est à l’ouverture sur des disciplines « hors champ santé » telles ques les sciences humaines et sociales, mathématiques, technologiques, numériques… L’universitarisation des professions de santé doit êtr poursuivie, ainsi que les partenariats avec les Centres Hospitaliers et le secteur libéral pour structurer les stages hors CHU dans l’esprit de la réforme qui a débuté pour le 3ème cycle et qui se prépare pour le 2nd cycle, tout en s’appuyant sur le parcours patient.
Dans le domaine de la recherche biomédicale, il faut repenser une stratégie d’association efficiente entre acteurs de la recherche d’un même territoire, pour mieux fédérer les ressources dédiées, les CHU jouant naturellement un rôle de leader. Il s’agit aussi d’instaurer un véritable parcours recherche du patient, volontaire et citoyen.  

2. Le label CHU

Le label hospitalo‐universitaire ou « label HU », regroupe les différents critères dans les domaines de la formation et de la recherche que doit posséder un établissement, une équipe, dans son organisation, ses compétences, pour être reconnu comme acteur hospitalo‐universitaire. C’est aussi une garantie de qualité, indispensable pour exporter l’excellence de la médecine française à l’étranger.  

3. Le parcours des professionnels hospitalo‐universitaires

Le parcours professionnel des personnels hospitalo‐universitaires doit être aménagé pour pourvoir décliner les missions de soin, enseignement, recherche et management selon une pondération qui doit évoluer tout au long de la carrière, et pour pouvoir contractualiser sur objectifs au niveau de l’équipe, non plus du seul praticien. Il faut repositionner la notion d’équipes HU, H et paramédicales dans une modernité d’approche tant pour le soin, les formations et la recherche. Le potentiel est énorme, mais les modalités d’accès aux carrières et la valorisation des acteurs doivent être revues pour garder l’attractivité des CHU. Les praticiens hospitaliers doivent ainsi voir leurs activités universitaires reconnues. Souplesse, attractivité, transversalité sont des mots‐clés en ce domaine.

Les Conférences ont annoncé qu’elles présenteront leurs propositions aux deux ministres fin 2018, lors des Assises Hospitalo‐Universitaires qui se tiendront à Poitiers, à l’occasion du 60e anniversaire des Ordonnances de décembre 1958 qui ont vu la création des CHU.
En lien l’intégralité du communiqué de presse Quel CHU demain ? 17 novembre 2017
Contact presse : Delphine MASSON
cme@chru‐nancy.fr / 03.83.85.13.95 / 06.78.37.22.05

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.